Archives de Catégorie: Scandales & Buzz

Scandales & Buzz

La solution hydroalcoolique victime à tort d’une étude testant son mesusage en présence de bisphénol A

Aucune solution hydro-alcoolique (SHA) commercialisée en France ne contient de Bisphenol A.

« Selon une étude publiée dans la revue « Plos One », les solutions hydroalcooliques seraient dangereuses pour la santé, car favorisant l’absorption par la peau de bisphénol A, un perturbateur endocrinien nocif. Des arguments infondés, explique Pierre Parneix, président de la Société française d’hygiène hospitalière. »

Mais alors serait-on atteint de phobie compulsive face aux solutions hydro-alcooliques pourtant en place outre Rhin avec une dizaine d’années d’avance sur nous ?

Toutes les théories ont fusé sur les SHA depuis leur mise en place alors que pourtant elles ont véritablement révolutionné la médecine moderne face à la diffusion de bactéries multi-résistantes en prenant pour exemple majeur la baisse net de l’incidence du Staphylocoque doré résistant à la méticilline dans nos hôpitaux depuis la mise en place de la friction hydro-alcoolique.

Cette étude ne teste que le risque d’un mésusage grossier et absurde des SHA. Aucune personne dans la vie professionnelle ou dans la vie courante ne pourrait reproduire par inadvertance les conditions expérimentales de cette expérience.

« les chercheurs ont demandé dans ce cas précis aux volontaires de mettre une grosse dose de gel antibactérien sur leurs mains sans exercer de friction, puis leur ont collé un ticket de caisse dessus et observé si du bisphénol A (contenu dans ces bouts de papier) pénétrait dans la peau au bout de quatre minutes. » explique l’article du nouvelobs.

Le manque de culture scientifique serait-elle la cause d’une inquiétude exagérée ? Où la confiance envers les études alarmistes serait plus facile dans notre société moderne ?

Quoi qu’il en soit on ne le rappellera jamais trop que les solutions hydro-alcooliques s’utilisent dans des conditions précises d’utilisation :

– mains visiblement propres, sèches et sans bijoux

– ongles courts, sans vernis

– la friction doit avoir lieu au moins pendant 30 secondes et ne pas s’arrêter jusqu’à l’obtention complète de mains sèches.

 

On comprend bien vite que personne ne se présentera à la cafétéria avec les mains trempées de SHA pour récupérer la facturette et la tenir avec les mains dégoulinante de SHA avant de boire son café.

Sources : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1400719-le-gel-antibacterien-nocif-pour-la-sante-faux-et-il-ne-contient-pas-de-bisphenol-a.html

 

 

#safeHANDS

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Hygiène des Mains du 05 mai 2015, le Forum des Biohygiénistes en soutient à l’action de l’OMS modifie sa bannière avec le marqueur de métadonnées #safeHANDS

FBHSAFEHANDS

 

 

Les liens internet de l’opération organisée par l’OMS sont diffusés aux membres du forum retrouvez les également dans cet article:

1) WHO campaign webpage: http://www.who.int/gpsc/5may/EN_PSP_GPSC1_5May_2015/en/
2) Where to post your pictures: http://www.CleanHandsSaveLives.org/safehands/
3) The safeHANDS campaign promotion clip: http://tinyurl.com/safeHANDSclip
4) The Hand Sanitizing Relay – possible Guinness World Record explanatory clip: http://tinyurl.com/HHRelay

 

http://biohygieniste.leforum.eu/t618-campagne-2015-save-lives-clean-your-hands-de-l-OMS.htm#p1301

 

 

 

Rouxiella chamberiensis, nouvelle bactérie identifiée par l’Institut Pasteur

« En décembre 2013, à la suite de la mort de trois nourrissons grands prématurés et de l’infection d’un quatrième à l’hôpital de Chambéry, la Cellule d’intervention biologique d’urgence (CIBU) de l’Institut Pasteur, dirigée par Jean-Claude Manuguerra, avait été fortement sollicitée pour identifier la bactérie retrouvée en grande quantité dans six poches de nutrition parentérales ayant servi à alimenter les nouveau-nés. Les chercheurs avaient alors pu conclure à l’implication d’une nouvelle bactérie et, fait rare, appartenant à un genre jusqu’alors non décrit.

Après le séquençage de l’intégralité de son génome et sa caractérisation complète, cette bactérie, baptisée par les chercheurs Rouxiella chamberiensis, vient d’être officiellement reconnue par le Comité international de taxonomie bactérienne. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue de référence en taxonomie : International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology. »
arbre_phylogenetique_rouxiella_1
« Le nom du genre de la bactérie rend hommage à Emile Roux, médecin bactériologiste et immunologiste qui cofonda l’Institut Pasteur aux côtés de Louis Pasteur. Le nom de l’espèce a été attribué en référence à Chambéry, lieu de l’apparition de la nouvelle bactérie. »
« Les chercheurs de la CIBU poursuivent aujourd’hui leurs investigations, en collaboration avec d’autres équipes de l’Institut Pasteur ou d’institutions extérieures. Ils travaillent notamment à la mise au point d’un test de détection spécifique à Rouxiella chamberiensis. Par ailleurs, ils doivent également apporter leur expertise dans le cadre de l’enquête judiciaire, qui devrait permettre d’établir le scenario de contamination des poches de nutrition, et de comprendre d’où provient cette bactérie, quel est son mode d’action. »
Sources :
Publication :
Anne Le Fleche-Mateos, Marion Levast, Fabienne Lomprez, Yolande Arnoux, Clément Andonian, Michel Perraud, Véronique Vincent, Meriadeg Ar Gouilh, Jean-Michel Thiberge, Mathias Vandenbogaert, Laure Diancourt, Valérie Caro, Ana Maria Burguiere, et Jean-Claude Manuguerra, Rouxiella chamberiensis gen. nov., sp. nov., a new Enterobacteriaceae isolated from parenteral nutrition bags, Int J Syst Evol Microbiol ijs.0.000179; published ahead of print March 6, 2015
Articles historiques :

Résistance aux antibiotiques : Appel de La Grande-Bretagne à une guerre internationale

Présentation1Comme s’il s’agissait d’un écho, suite à l’appel de la World Alliance Against Antibiotic Resistance du 23 juin (voir article « Résistance aux antibiotiques : l’appel de la World Alliance Against Antibiotic Resistance ».), le premier ministre britannique appelle à une action mondiale pour lutter contre la menace croissante de la résistance aux antibiotiques.

Le Figaro explique, La fondation Wellcome Trust contribuera pour 500 000 livres (630 000 euros) à l’initiative de David Cameron. « Ce n’est pas seulement un défi médical et scientifique, souligne le directeur du Wellcome Trust, le Dr Jeremy Farrar, mais aussi un défi économique et social ».

C’est à ce jour, la première puissance à prendre conscience de l’enjeu majeur de ce combat, à en prendre acte et à appeler les autres nations à rejoindre cette guerre à mener de manière mondiale. Ce combat ne peut être qu’efficace que si des actions internationales sont menées.

Il est important que d’autres nations (grandes et petites) rejoignent ce premier pas courageux britannique.

sources :

http://www.bbc.com/news/health-28123025

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/07/02/22556-david-cameron-declare-guerre-mondiale-lantibio-resistance

https://fbhleblog.wordpress.com/2014/06/23/la-declaration-de-guerre-contre-la-resistance-bacterienne/

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/la-declaration-de-waaar-contre-la

La déclaration de guerre contre la résistance bactérienne

C’est une journée de mobilisation internationale aujourd’hui, l’ensemble des membres de l’ Alliance Contre le développement des Bactéries Multi-Résistantes (ACdeBMR) ou World Alliance Against Antibiotic Resistance » (WAAAR) dans sa version anglaise ont pour objectifs de diffuser cette déclaration du 23 juin 2014 afin de sensibiliser les hommes politiques de tous pays confondus de la position scientifique face à « l’invasion  » par les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques.

 

Ci-dessous la déclaration en version intégrale:

 

L’augmentation du nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques représente un danger majeur pour la santé de l’homme et des animaux. Cette augmentation très alarmante, jointe à une absence presque complète de nouveaux antibiotiques est un des problèmes de santé publique les plus graves de notre temps. Les antibiotiques sont une classe thérapeutique unique, avec un aspect sociétal, car leur usage et mésusage chez un patient, avec diffusion des bactéries devenues résistantes entre les personnes, les animaux et l’environnement, peut affecter leur efficacité chez d’autres patients. La cible des antibiotiques est les bactéries, organismes vivants qui peuvent en effet évoluer en acquérant des mécanismes de résistance très rapidement .Ces bactéries résistantes peuvent alors être transmises facilement à d’autres personnes, et du matériel génétique bactérien codant pour la résistance peut être transmis facilement entre bactéries. Des échecs liés à ces bactéries multi-résistantes, initialement limités au secteur hospitalier apparaissent maintenant dans la communauté. On estime le nombre de décès annuels liés à ces bactéries à 25.000 en Europe, et 23.000 aux USA, au minimum. Le cout de la résistance bactérienne est considérable, en raison de la diffusion de la maladie, des décès, et des soins.
Bien que la résistance aux antibiotiques soit une histoire sans fin, elle est directement liée au volume d’antibiotiques utilisés. Nous utilisons des quantités croissantes d’antibiotiques chez l’homme et les animaux, ce qui déverse ces produits dans la nature. L’impact environnemental de ce phénomène est considérable, entrainant le développement et la dissémination des gènes d’antibio-résistance.
Nous devons lutter contre ces phénomènes en adoptant des stratégies proactives comparables à celles utilisées pour les espèces en voie de disparition, dans une philosophie de développement durable. Préserver l’efficacité des antibiotiques et stabiliser l’écosystème bactérien doivent être un objectif global absolu.
Sauvegarder les antibiotiques nécessitera un effort considérable et concerté des patients et des prescripteurs pour appeler tous les responsables à assurer un accès facile à des antibiotiques efficaces. L’objectif de WAAAR est d’attirer l’attention sur l’urgence et la gravité du danger, et de coordonner un dialogue européen et international pour trouver des solutions efficaces. L’alliance, en particulier au travers de cette déclaration, est destinée à lutter pour la préservation des antibiotiques et à maintenir la pression chez les prescripteurs, les hommes et femmes politiques, les décideurs de santé publique, les économistes, les usagers du système de santé, l’industrie pharmaceutique, les agences internationales, et l’ensemble de la population. Les actions individuelles, malgré leur louable intention, sont vouées à l’échec sans un dialogue international, un sens commun du danger, et un large consensus sur les façons de procéder.

WAAAR propose les 10 actions suivantes :

1) Prise de conscience de tous les acteurs, incluant le public, de l’intensité du danger représenté par la résistance bactérienne. Coopération étroite entre les organisations internationales, politiques et/ou économiques, qui doivent prendre la tête de ce mouvement contre la résistance bactérienne.
2) Organisation dans chaque pays, idéalement par les ministères de la santé, d’un plan national de lutte contre la résistance bactérienne, financé, avec participation de tous les acteurs, en particulier les associations de consommateurs.
3) Accès permanent aux antibiotiques essentiels et de qualité, en particulier dans les pays en voie de développement.
4) Surveillance de la consommation des antibiotiques et de la résistance.
– Surveillance de la résistance bactérienne et des consommations d’antibiotiques au niveau de l’institution, de la région, et du pays (sur le modèle des « Centers for Diseases Control and Prevention »-CDC), avec statistiques comparatives (benchmarking), publiées en temps réel, ou au moins tous les 12 mois. Amélioration des capacités des laboratoires, avec centralisation technique et coordination.
5) Développement de tests diagnostiques rapides.
– Développement de nouveaux tests diagnostiques rapides et efficaces, et utilisation des tests disponibles pour traiter rapidement avec des antibiotiques ciblés, pour éviter les traitements inutiles, (en différentiant infections bactériennes et non bactériennes) et pour moduler la durée du traitement.
6) Utilisation prudente, contrôlée, et surveillée des antibiotiques (Antibiotic stewardship).
– Dans les hôpitaux, les structures de long séjour, et en ville.
– Dans l’élevage, l’agriculture, l’aquaculture et le monde vétérinaire, dans une philosophie « une seule santé ».
– Abandon des antibiotiques (systémiques et locaux) comme facteurs de croissance et utilisation exceptionnelle en prophylaxie, chez l’animal.
– Utilisation rationnelle des antibiotiques en métaphylaxie (prophylaxie si certains animaux sont malades, ou à risque élevé de l’être) et en traitement des animaux.
– Utilisation limitée, chez l’homme et l’animal, d’antibiotiques critiques pour l’homme (ex :carbapenemes).
– Elimination progressive de la vente des antibiotiques « sous le comptoir » (disponibles sans ordonnance).
7) Efforts éducationnels, et informationnels.
Programmes éducationnels dirigés vers les enfants/adolescents sur les antibiotiques, la résistance bactérienne et la prévention de l’infection (modèle: e Bug)
– Mise en place de larges campagnes d’information et de sensibilisation dirigée vers le public pour un emploi rationnel des antibiotiques.
– Programmes d’éducation pour les professionnels de santé, y compris les vétérinaires, dentistes, infirmier(è)s, pharmacien(s)s et autres écoles médicales et en formation médicale continue, sur une utilisation rationnelle des antibiotiques, comprenant les indications, les doses, et la durée de traitement. Education des éleveurs.
8) Prévention et contrôle de la transmission bactérienne.
– Efforts soutenus pour prévenir la transmission croisée des bactéries multi-résistantes , lors des soins médicaux, la production alimentaire, et l’élevage .
– Promotion internationale de l’hygiène des mains, et des mesures de contrôle de l’infection ayant démontré leur efficacité.
– Limitation de la contamination de l’eau de boisson par les BMR, de même que la contamination de l’environnement
– Utilisation des vaccins disponibles, chez l’homme et l’animal
9) Recherche fondamentale et appliquée et développement de nouveaux produits.
– Nouveaux modèles économiques pour supporter le coût de l’innovation tout en préservant les impératifs de santé publique.
– Augmentation des ressources destinées à réduire la résistance bactérienne chez l’homme et l’animal
– Facilitation de la recherche de nouveaux produits (antibiotiques et autres produits), et de vaccins, par des mécanismes de régulation permettant un développement accéléré
10) Demande auprès de l’UNESCO d’inscrire les antibiotiques au patrimoine mondial de l’humanité.

Nous vous exhortons à participer à cette croisade, dans votre domaine. Les antibiotiques, et le miracle thérapeutique qu’ils représentent, doivent être protégés. C’est une urgence absolue, et c’est notre devoir. S’il vous plait, aidez nous à agir MAINTENANT, en soutenant cette déclaration, en incitant à un meilleur usage des antibiotiques chez l’homme et l’animal, en accompagnant les actions politiques pour le soutien d’une meilleure éducation, l’organisation d’une surveillance intégrée, et le développement de la recherche.

A propos de WAAAR

WAAAR est un groupe de 700 personnes, en provenance de 55 pays différents, et représentant tous les acteurs (médecins, vétérinaires, chirurgiens, microbiologistes, infectiologues, pharmacien (nes), infirmier(e)s, biologistes de l’évolution, écologistes, environnementalistes, hommes et femmes politiques, usagers du système de santé). L’alliance est soutenue par 85 sociétés savantes, et 50 groupes professionnels divers.

Personnes soutenant la déclaration de Paris

Jacques Acar (France), Amani Alnimr (Saudi Arabia), Fatma Amer (Egypt), Massimo Antonelli (Italy),   Gérard Bapt (France), Yvana Balter (France), Yaron Bar-Lavie (Isreal), Philippe Berthelot (France), Jean Carlet (France), Yehuda Carmeli (Israel), Otto Cars (Sweden), Bernard Castan (France), Jean Daniel Chiche (France), Jon Cohen (UK), Peter Collignon (Australia), René Courcol (France), Pierre Dellamonica (France), George Dimopoulos (Greece), Ricardo Durlach (Argentina), Petra Gastemeier (Germany),), Abdul Ghafur (India), Don Goldman (USA), Thomas Gottlieb (Australia), Jennifer Grant (Canada), Susan Huang (USA), Françoise Leblanc-Jouffre (France), Joel Leroy (France), Ling Moi Lin (Singapore), Fernando Luis Lopez Cardozo (Brazil), John McGowan (USA), Jordi Mancebo (Spain), Shahen Mehtar (South Africa), Andrew Morris (USA), Babacar N’Doye (Senegal), Michael Niederman (USA), Gérard Nitenberg (France), Patrice Nordman (France), Steve Opal (USA), Jose Arthur Paiva (Portugal), Pierre Parneix (France), Trish Perl (USA), Didier Pittet (Switzerland), Jean François Pittet (USA), Garyphallia Poulakou (Greece), Céline Pulcini (France), Christain Rabaud (France), Claude Rambaud (France), Josette Raymond (France), Viviana Rodriguez (Argentina), ,Lynora Saxinger (Canada), Benoit Schlemmer (France), Sanjeev Singh (India), Jonathan Theodore (France),Gupta (UK), Cruz Cordero (Brazil), Philip Dellinger (USA), Michel Baussier (France), Xavier Lescure (France), Antoine Andremont (France), Jean-Pierre Hermet (France), Patrick Coloby (France), Dominique Peyramond (France), Jacques Gilquin (France), Andreas Voss (The Netherlands), Jan Kluytmans (The Netherlands), Peter Pronovost (USA), Jean Louis Vincent (Belgium), Ethan Rubinstein (Canada) , Vladimir Rudnov (Russia), Sophie Matheron (France) Remy Gauzit (France), Anny Poursinoff (France), Garance Upham (France), Xiao Yonghong (China), Rafael Canton (Spain), Mathias Pletz (Germany), Manuel Guzman (Venezuela), Gabriel Levy-Hara (Argentina), Jesus Rodriguez-Bano (Spain), Lindsay Grason (Australia), Chistian Chidiac (France), Alain Michel Ceretti (France), Claude Carlet (France), Philippe Thevenot (France), Bruno Housset (France), Pierre Weinbreck (France), Didier Payen de la Garanderie (France), Bruno Marchou (France), François Tremolières (France), Gilbert Mouthon (France), Michel Troadec (France), Olivier Romain (France), Robert Cohen (France), France Cazenave-Roblot (France), Marc Veilly (France), Nicolas Terzi (France), Benoit Guery (France), Dominique Valla (France), Claude Attali (France), Jean Pierre Aubert (France), Philippe Vanhems (France), Cecile Mourlan (France), Catherine Guignabert (France), Catherine Cordonnier (France), Louis Gazagne (France), Jean Brami (France), Bernard Garo (France), Thierry Calandra (Switzerland), Antonio Torres (Spain), Jos van der Meer (The Netherlands), Grant Waterer (Australia) Ibrahim Yusuf ( Nigeria), Emile Zein (Libanon), Sanjay Gupta (UK), Cruz Cordero (Brazil), Philip Dellinger (USA), Xavier Lescure (France), Antoine Andremont (France), Jean-Pierre Hermet (France), Patrick Coloby (France), Dominique Peyramond (France), Jacques Gilquin (France), Ethan Rubinstein (Canada) , Vladimir Rudnov (Russia), Sophie Matheron (France) Remy Gauzit (France), Garance Upham (France), Xiao Yonghong (China), Lindsay Grason (Australia), Claude Carlet (France), Pierre Weinbreck (France), Bruno Marchou (France), Michel Troadec (France), Louis Gazagne (France), Jean Brami (France), Bernard Garo (France), Alain Bousquet-Melou (France), Christian Brun-Buisson (France), Stephane Harbarth (Switzerland), Fabienne Tamion (France), Ian Gould (UK), Romain Carlet (France), Camille Carlet (France), André Cabié (France), Michel Dupont (France), Fernando Baquero (Spain), Serge Alfandari (France), Thierry Mayet (France), Emmanuelle Varon (France), Anne Lotthé (France), Gérard Larroussinie (France), Thierry Lavigne (France), Jean-Paul Mira (France), Françoise Ballereau (France), Marin Kollef (USA), Elisabeth Heisbourg (Austria), Hajo Grundman (The Netherlands), Paul Richman (USA), James Hughes (USA), Tim Walsh (UK), David Vaughan (USA), Pierre-François Laterre (Belgium), Jessica Minion (Canada), Tatiana Galperine (France), Jean-Luc Schmit (France), Marie-Laure Joly-Guillou (France), Jacques Birgé (France), Konrad Reinhart (Germany), Thi Anh Thu Le (Vietnam), Vincent Jarlier (France), Marces Cyrillo (Brazil), James Johnson (USA), Naima Elmdaghri (Maroc), Philippe Eggimann (Switzerland), Donald Craven USA), Agnes Riche (France), Olivier Lehiani (France), Jean-Paul Stahl (France), Alain Lepape (France),Laurent Thiriet (France), Mercedes Palomar Martinez (Spain), Alvaro Villanueva (Spain), Jean Christophe Lucet (France), Jean Yves Madec (France), Lucy Palmer (USA) Eli Perencevich (USA), Bruno Hoen (France), Daniel Floret (France), Pierre Tattevin (France), Bernard Page (France), Olivier Jonquet (France), Anne Savey (France), Fabrice Bruneel (France), Bernard Garo (France), Aidan Hollis (USA), Bertrand Guidet (France), Robert Weinstein (USA), Dominique Jean (France), Benoit Misset (France), Maité Garrouste-Orgeas (France),Hervé Lelouet (France), Jean Luc Mainardi (France), Apostolos Armaganidis (Greece), Thierry May (France), Irène Frachon (France), Bernard Chanfreau (France), Antoine Andremont (France), Fredérique Beuhorry-Sassus (France), Nicolas Terzi (France), Pascal Chavanet (France), Jacques Fabry (France), Franck Mansour-Adeoti (France), Florian Carlet (France), Badreddine Kilani (Tunisia ), Virginie Vitrat (France), Fekri Abroug (Tunisia), Keith Klugman (USA), Claude Martin (France), Marthe Than Lecompte (Switzerland), Stephen Zinner (USA), Joséphine Zoungrana ( Burkina Fasso), Jordi Rello Condomines (Spain), Christelle Miquel (France), François Angoulvant (France), Despoina Koulenti (Greece), Anahi Dreser Mansilla (Mexico ), Antonio Artigas (Spain), Jean Claude Revil (France), Jean Charles Chakarian (France), Adnida Crespin (France), Jacques Vancel (France), Jeffrey Lipman (Australia), Maryvonne Anguill (France), Alain Martinot (France), Alejandra Corso (Argentina) ,Shmuel Benenson (Israel), Corinne Alberti(France) , Pierre-Louis Druais (France), F Bergheau (France), Alexis Tabah (France), Jean Chastre (France)Josette Raymond (France), Laurent Aaron (France), Jean-Philippe Tabut (France), Eleni Giamarellou (Greece), Pierre Dellamonica (France), Dimitrios Matamis (Greece), France Borgey (France), Jean-Patrick Lajonchère (France), François Lacoin (France), Isabelle Hermes (France), Pascal Beuret (France), Martine Aupée (France), Didier Thevenin (France), Marie-Anne Barthelemy (France), Jean-Louis Hunault (France), François Philippart (France), Didier Gaillard (France), François Blot (France), Thierry Lavigne (France), Fred Tenover (USA), Paul Edelstein (USA), Phillip Tarr (USA), Amani Alnirm (   ), Stacey Klutts (USA), Catherine Dumartin (France), Philippe Thevenot (France), George Zhanel (Canada), John Chandy (USA), Sheldon Brown (USA), Scott Weissman (USA), Dimitri Drekonja (USA), Ouahid Barouti (Morocco ), Nathalie Landgraf (France), Sara Soto (France), Georg Peters (Germany), Javier Adachi ( USA ), Michael Kresken ( Germany ), MonIque Rothan-Tondeur (France), Anne-Marie Lavenaire (France), Luis Martinez Martinez (Spain), Anette Hammerum (Denmark), Carl Urban (USA   ), Elisabeth Rossines (France), Vincent Castellan (France), B Marchou (France), Joel Livartowski (France), Jacques Gaillat (France), Ludivine Chalumeau-Lemoine (France), Dan Engelhard (Israel), Francesco Flozaro ( Spain), Robert Wachter (USA), Nadezhda Zubareva (Russia), Luis Bavestrello (Chile), Alexander Friedrich (The Netherlands), Paul Anamtharajah Tambyah (Singapore), Ossama Rassla (Egypt), Li Yang Hsu (Singapore ), Marie-Cecile Ploy (France), Jeanine Wiener-Kronish (USA), John Marshall (Canada), Francisco Lopez Medrano (Spain), William Jarvis (USA), Eui-Chong Kim (South Korea), Xavier Bertrand (France), Marine Giard (France), Helena Ramos (Portugal), Ramanan Laxminarayan ( USA), Henrik Caspar Wegener (Denmark), Nordiah Jalil ( Malaysia), Joseph Hajjar (France), Pascal Pouedras (France), Manuela Caniça (Portugal), Sandra Biscardi (France), Edward Abraham ( USA), Mitsuo Kaku (Japan) Joseph Blondeau (Canada), Sara Cosgrove (USA), Gordon Bernard (USA), Rehab Elsaid (Egypt), Rehab Elsokari (Egypt), Noha Hammad (Egypt), Xiao Honghong (China) F Bergheau (France), Mohamed Salah Abassi ( Tunisia), Deogracias Kaddu-Mulindwa (Uganda), John Marshall (Canada), Marek Gniadkowski (Poland), Waleria Hryniewicz (Poland), Marie-Anne Barthelemy (France), Gabriela Echaniz (Mexico), Bernard Augereau ( France), Antonio Artigas (Spain), Luis Blanch (Spain), Joseph Thurn,(USA), Anne Arnera (France), Celia Alpuche Aranda ( Mexico), Dominique Salmon (France), Francisco Alvarez de Lerma (Spain), Jean-Yves Gauchot (France) ; Massimo Puoti (Italy), Nam Yong Lee (South Korea), Iruka Okeke (USA), Gaetan Gavazzi (France), Evangelos Giamarellos-Bourboulis( Greece), Philippe Montravers (France), Narender Saini (India), Dr VIJAYAKUMAR (India), Karine Romand (France), CarolThompson (USA) Chistopher Farmer (USA), Mitchell Levy (USA),Martin Dünser ( Austria), Haifaa Al-Mousa (Kuwait), Abeer Omar (Kuwait), Seif Al-Abri ( Oman), William Cheadle (USA),, Bernard Regnier (France), Joao Gouveia (Portugal), Ricardo Matos (Portugal), Dr Muruganathan (India), Carol Thompson (USA), Miguel Sanchez Garcia (Spain), Francisco Alvarez Lerma (Spain), EP Dellinger (USA), Manuel Cassiano-Neves (Portugal), Sandra Fournier (France), Julie Gerberding (USA), Alix Greder (France), Dr Finn (USA), John Conly (Canada), Lilian Abbo (USA), Fredecic Collot (France), Lotte Jakobsen (Denmark), Hilde Jansens (Belgium),Aburjania Nana (USA), Oladipo Aboderin (Nigeria), Fernando Gilsanz (Spain), Emilio Maseda (Spain), Cedric Bretonnière (France), William Cheadle ( USA), Enani Mushira (Saudi Arabia), Huda Bukharie ( Saudi Arabia), Charalambos Gogos (Greece), Darcy Marciniuk (Canada), David Looke (Australia), Alexander Wilmer (Belgium), Yannick Malledant (France), Mohan Gurjar (India), Davide Bastoni (Italy), Ibrahim Yacoub-Agha (France),Jan De Waele (Belgium),Thomas Bleck (USA), Frederico Bruzzi de Carvalho (Brazil), Simon Finfer (Australia), Christophe Brard (France), Sundaresan Maiylagan (Mauritius), Pradip Gupta (India), Mohamed Elghonemi (Egypt), Eleni Antoniadou (Greece), Tom Van Der Poll (The Netherlands), Eric Guaguere (France), Marie-Caude Saux (France), J Fernandez (Spain), Jose Miro (Spain), Patrick Plésiat (France), Rabiatu Umar (Nigeria), Greg Barton (UK), Mark Gilchrist (UK), Marie Matthews (UK), Dufour-Pierrat (France), Joy Mootien (France), Jose Mario Meira Teles (Brazil), Reinaldo Salomao (Brazil), Florence Gordon (France), Eric Oziol (France), Thierry Mayet (France), Frédérique Lemanach-Kergueris (France), Gwenaelle Gueroult-Locher (France), Albert Mifsud (UK), Matthew Peters (Australia), Peter Wark (Australia), Rui Moreno (Portugal), Magolia Mikaszewska-Sokolewicz (Poland), Christophe Buhot (France), Jan Vaarten (), Shanmugan Puvanendiram (Sri Lanca), Hervé Blanchard (France), Xavier Forceville (France), Cyrille Nowak (France), David Lupande (RdCongo), Oliver Dyar (UK), Van Der Mee-Marquet Nathalie (France), Guillaume Arlet (France), Anita Harel (France), Matjaz Jereb (Slovenia), Ling Moi Ling (Singapore), Janet Schoemaker (USA), Pedro Maria Olaechea (Spain), Antonio Santos Bouza (Spain), Jordi Solé Violan (Spain), Assumpta Novira (Spain), Carlos Ortiz Leyba (Spain), Annabelle Stoclin (France), Enrique Maravi (Spain), Antonio Albaya Moreno (Spain), Assumpta Rovira (Spain), Carlos Ortiz Leyba (Spain), Robert Chausset (France), Bauke Oudega (The Netherlands), Wafaa Mowafy ( Egypt), Dietmar Schneider (Germany), Jean François Rousselot (France), Remi Varin (France), Jean-Yves Gaudrot (France), Pierre-Eric Danin(france), Catherine Bruant-Rodier (France), Jean Delmont (France), Michael Quintel (Germany), Elke Muhl (Germany), Rosana Richmann (Brasil), Katrin Fjeldsted (Israel), Birgit Beger ( ), Jacinthe Foegle (France), Christian Michelet (France), Fethi Bensalem (France), Pascal Chavanet (France), Regina Hanke (Germany),Natalia Chueca (spain), Frederic Auber (France), Claire Sicluna (France), Muriel Afelin (France), Anne Fabregue (France), Janine Guaguere (France), on behalf of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance)

 

Sociétés savantes soutenant la déclaration de Paris

The Infectious Diseases Society of America (IDSA) (John Billington,David Relman)

American Society of Microbiology (ASM) (Janet Schoemaker)

European Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (ESCMID) (Gunnar Kahlmeter, Murat Akova)

American Thoracic Society (ATS)(Dr Finn, Steve Crane)

American College of Chest Physicians (ACCP)(Darcy Marciniuk)

Society of Critical Care Medicine (SCCM)(Carol Thompson)

International Society of Infectious diseases (ISID)(Jon Cohen, Keith Klugman)

International society of Chemotherapy (Ian Gould)

Pan American Society of Infectious Diseases (Luis Bavestrello)

European Society of Intensive Care Medicine (ESICM)( Jean Daniel Chiche)

European Federation of orthopedy and traumatology (Manuel Cassiano-Neves)

British Society of Antimicrobial Chemotherapy (Nicholas Brown, Laura Piddock)

Société Libanaise de Médecine Interne (SLMI)( Emile Zein)

Association Tunisienne de Réanimation (ATR) (Fekri Abroug)

Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse (STPI)

Sociedale Paulista de Infectiologia-Brazil (Rosana Richman)

Société Belge de Microbiologie Clinique (BVIKM/SBIMC)(Camelia Rossi)

Société Marocaine de Maladies Infectieuses (SMMI),

Australasian Society for Infectious Diseases (ASID), (David Looke)

Australian Society for Antimicrobials (ASA)(Thomas Gottlieb),

Hellenic Society of Intensive Care (Antonios Mavrommatis)

Israel Society for Infectious Diseases,

Brazilian Society of Infectiology,

Sociedad Española de Medecina Intensiva ,Critica y Unidades Coronarias (SEMICYUC) ( Luis Blanch, Miguel Sanchez Garcia, Francisco Alvarez Lerma)

Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiologia Clinic (SEIMC)(Jose M Miro),

Sociedad Española de Enfermedades Respiratorias (SEPAR )(Pilar de Lucas)

Hellenic Society of Antimicrobial Chemotherapy (Helen Giamarellou)

Italian Society of Anesthesiology, Analgesia and Intensive Care Medicine (SIAARTI)(Massimo Antonelli)

Société Marocaine d’Hygiène Hospitalière (Ouahid Barouti)

Paul-Ehrlich-Gesellschaft für Chemotherapie e.V.(Paul-Ehrlich-Society for Chemotherapy (Achim Horauf)

Sociedad Andaluza de Enfermedades Infecciosas (SAEI)( Andalusian Infectious Diseases Society)( Jesus Gomes Mateos)

Egyptian Society for Infection Control « ESIC »( APIC/Egypt Chapter)( Ossama Rassla)

Korean Society of Clinical Microbiology ( Nam Yong Lee)

Portuguese Society of Infectious  Diseases and Clinical Microbiology (Helena Ramos)

Portuguese society of intensive care (Joao Gouveia, Ricardo Matos)

Ho Chi Minh city Infection Control Society ( Thi Anh Thu Le)

 

The Mexican Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (AMIMC)( Celia Alpuche Aranada)

Indian Medical Association (Dr Saini, Dr Vijayakoumar)

Association of physicians of India (Dr Muruganathan)

Belgium Infection control society (BICS) (Hilde Jansens)

Société Française de Médecine Générale (SFMG) (Pascale Arnould)

Société Française de Chirurgie Orthopédique et traumatologique (Bernard Augereau)

Association Française de Chirurgie (Jean Pierre Arnaud)

Association Française d’Urologie (AFU) (Patrick Coloby)

Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF)(Christian Rabaud)

Société Française de Microbiologie (SFM),( René Courcol)

Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H) (Philippe Berthelot)

Société Française de Santé Publique (SFSP) (Pierre Lombrail)

Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) (Djillali Annane)

Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR)( Dan Benhamou)

Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) (Alain Didier)

Fédération Française de Pneumologie (Bruno Housset)

Société Française de Greffe de Moelle (SFGM)( Ibrahim Yacoub)

Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)( Geneviève Ruault)

Société Française de Médicine Interne (SFMI)( Loic Guillevin)

Société Française de Dermatologie (SFD)( Olivier Chosidow)

Association vétérinaire équine française (AVEF)(Jean-Yves Gauchot)

Society of Infectious diseases Singapore ( Paul Anantharaja Tambyah)

Spanish society of anesthesiology and critical care (Fernando Gilsanz, Emilio Maseda)

Surgical Infection Society (SIS) (William Cheadle)

Lebanese Association for Medical Diagnosis and Auto-Immune Diseases(Lambda) (Georges Khalil)

Saudi Society of Medical Microbiology and Infectious Diseases (Huda Bukharie)

Belgian Society of Intensive Care Medicine (SIZ)(Alexander Wilmer)

Société Nationale des Groupements Techniques Veterinaires (SNGTV) (Christophe Brard)

Association Française Vétérinaire des Animaux de Compagnie (Eric Guaguere)

Société Française de Pharmacie Clinique (SFPC)(Marie-Claude Saux, Remi Varin)

Spanish Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (José Miro, Rafael Canton)

United Kingdom Clinical Pharmacy Association (UKCPA )( Mark Gilchrist, Marie Matthews)

Associação de Medicina Intensiva Brasileira (AMIB)( Jose Mario Meira Teles)

Instituto Latino-Americano de Sepsis (ILAS)( Reinaldo Salomao)

Thoracic Society of Australia and New Zeland ( Matthew Peters, Peter Wark)

British Infection Association (Albert Mifsud)

Polish Society of Anesthesiology and Intensive Care ( Magolia Mikaszewska-Sokolewicz)

Federation Vétérinaire Européenne (FVE) ( Christophe Buhot, Jan Vaarten)

Slovenian Society of Intensive Medicine ( SZIM) (Matjaz Jereb)

Asia Pacific Society of Infection Control (APSIC) (Ling Moi Lin)

Infection Control Association of Singapore (ICAS) (Ling Moi Lin)

Federation of European Microbiological Societies (Bauke Oudega)

German Interdisciplinary Association of Intensive and Emergency Medicine (Dietmar Schneider, Michael Quintel, Elke Muhl)

Association Française des Vétérinaires d’animaux de compagnie ( Jean-François Rousselot)

Société de Pathologie Exotique (Jean Delmont)

Standing committee of European Doctors (Katrin Fjeldsted, Birgit Beger)

 

Other groups or associations

 

Association Le LIEN (Madeleine Madoré)

Association Le CISS (Claude Rambaud)

Fédération des Spécialités Médicales (FSM),

Association pour la chimiothérapie anti-infectieuse (ACAI),

Observatoire National d’épidémiologie de la Resistance Bactérienne aux antibiotiques(ONERBA)(Marie-Helène Nicolas-Chanoine)

Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE)(Pierre louis Druais)

Collège national de médecine générale (CNMG),

Fédération Française de pneumologie (FFP) (Bruno Housset)

Groupe de Pathologie Infectieuse en Pédiatrie (GPIP)( Robert Cohen)

Collège des Enseignants de Maladies Infectieuses (CMIT),(Christian Michelet)

Fédération Française d’Infectiologie (FFI),(Christian Perrone)

Institut Maurice Rapin (IMR),(Christian Brun-Buisson)

Medqual (F. Ballereau),

Antibiolor (C Rabaud),

Observatoire du Risque Infectieux en Gériatrie (ORIG),

Réseaux de surveillance des antibiotiques et des bactéries multi-résistantes du Sud Est,

Le Forum des bio-hygiénistes,

Arab Alliance for a prudent use of antimicrobials (Ar-Apua),(Fatma Amer)

Association Phagespoir (Jérome Larché)

Programme National de lutte contre l’infection nosocomiale (PRONALIN, Senegal),

Réseau International pour la Planification et l’Amélioration de la Qualité, et de la Sécurité dans Services de Santé en Afrique (RIPAQS)(Bernard Chanfreau)

Infection Prevention and Control African Network (IPCAN), (Shaheen Mehtar)

Portuguese Intersectorial Alliance for the Preservation of the Antibiotics(APAPA) (Jose Arthur Paiva)

Association des médecins coordonnateurs en EHPAD,

Association de Lutte contre les Infections Associées aux Soins (ALIAS),

Ligue Africaine des Associations pour la Sécurité des patients (LIASEP),

ESGAP working group (ESCMID)(Jordi Rello)

Association des victimes d’infection nosocomiale (ADVIN),

Comité de pilotage des réseaux de surveillance ATB et BMR Sud EST.

Hellenic Sepsis Study Group (Evangelos Giamarellos-Bourboulis)

Institut de recherche en médecine générale (IRMG)

The Canadian Antimicrobial Resistance Alliance(CARA )

The Gulf Cooperation council (GCC)(Hanan Balkhy)
Center for infection control and the APIC-Saudi chapter. (Hanan Balkhy)

Global Sepsis Aliiance (Konrad Reinhart)

The Eastern Mediterranean Regional Network for Infection Control « EMRNIC »(Ossama Rassla)

 

Egyptian Patient Safety Association « EPSA » (Ossama Rassla) .

Groupo de infecçao e sepsis (José Arthur Paiva)

CCLIN Ouest (Maryse Aupée)

International Forum for Acute Care Trialists (InFACT) (John Marshal)

Infection Control Directorate (Ministry of Health-Kuwait)

National Committee for the proper use of antimicrobials (Ministry of Health-Kuwait).

Joseph Christopher Farmer)

Austrian Antibiotic Stewardship Group (Elisabeth Heisbourg)

Doctors without borders/médecins sans frontières (Arlène Chua, Richard Murphy)

Antimicrobial Stewardship Working Group of the International Society of Chemotherapy (ISC) (Gabriel Levy Hara)

Hellenic Sepsis Study Group ( Gogos Charalambos and Evangelos Giamarelos-Bourboulis)

International Sepsis Forum (Tom Van Der Poll)

Centre National de Référence de la Résistance aux Antibiotiques (Patrick Plésiat)

Groupe Hospitalier Diaconesses Croix St Simon (Anne Fabregue)

 

Sources :

http://www.waaar.org/

http://biohygieniste.leforum.eu/portal.php#A%20LA%20UNE

Article officiel:

https://docs.google.com/file/d/0BwnwRx4DEFCEXzFhQ0NTek1RdWM/edit

 

La montée inexorable de la résistance aux antibiotiques, une aubaine pour la phagothérapie ?

source: http://www.sciencephoto.com/media/249795/viewL’arrivée progressive des bactéries hautement résistantes confirme qu’il faudrait mettre en place des mesures quasi-militaires pour enrayer le phénomène d’évolution des résistances aux antibiotiques.

Le contrôle des rapatriements sanitaires n’ont qu’une fonctionnalité toute relative. Et les hôpitaux sont forcément tenus d’accueillir tout patient quel qu’il soit, bien qu’il ne soit pas rare que des choix médicaux « borderlines » soient soutenus localement pour éviter d’entrer dans des mesures de précautions généralisées avec des sectorisations de services et du personnel couteuses et presque insupportables dans des établissements déjà en mauvaise santé financière.

De grands choix mondiaux devraient être pris rapidement afin de freiner coûte que coûte cette montée diffusion des bactéries multi-résistantes.

Si le contrôle de la diffusion des Staphylocoques dorés résistants à la méthyciline semble se confirmer grâce à la généralisation des solutions hydro-alcooliques,  la guerre s’enlise complètement face aux bactéries productrices d’une béta-lactamase à spectre étendu (ou élargie).  L’arrivée récente des bactéries hautement résistantes confirme cet enlisement au travers d’une politique d’utilisation des antibiotiques complètement insatisfaisante.

Microsoft Word - 185.doc

Le grand challenge pour l’industrie de l’antibiotique est d’accepter une modération de l’utilisation de leurs produits. En effet si la médecine humaine est la première a être mise en cause dans la montée de ces résistances, la médecine vétérinaire elle aussi devrait revoir sa copie et au delà même toute la filière agricole.

L’industrie de l’antibiotique n’est plus en mesure d’apporter en temps et en heure les nouvelles molécules qui seraient capables de reprendre le contrôle de ces nouvelles souches bactériennes multi-résistantes. Chaque entreprise productrice d’antibiotiques devra développer de nouvelles technologies capables de remplacer les antibiotiques si elle souhaite rester compétitive face à un phénomène naturel. Ne serait ce pas un projet simple de développement durable ?

Les conflits d’intérêts sont enfin pris en compte dans les rapports d’enquêtes et dans chaque document scientifique afin de mieux percevoir les tenants et aboutissants de chacun des participants.

Comme dans toute bataille, il faut diversifier les armes … et la phagothérapie commence seulement a être acceptée de certains scientifiques comme hypothétique candidat.

La phagothérapie est une méthode scientifique de destruction des bactéries par l’utilisation de virus « bactériophages » dirigés spécifiquement contre ses bactéries. La méthode a été peut soutenue jusqu’alors car peut d’investisseurs ne souhaitaient s’y pencher eu égard à l’essor économique important et sûr des antibiotiques.

Les équipes scientifiques les plus performantes sur ce sujet travaillent « actuellement en Europe de l’Est (à Tbilissi en Géorgie et à Wroclaw en Pologne) car, à la différence des Etats-Unis et de l’Europe occidentale, les bactériophages ont continué à être utilisés après la découverte des antibiotiques » lit on sur phagespoirs.unblog.fr .

Il ne reste plus qu’à financer et cadrer le périmètre des études scientifiques nécessaires à la validation d’une telle méthode avant les tous premiers essais cliniques à grande échelle dans nos hôpitaux tout en respectant les brevets des chercheurs de l’est … Ce que l’occident peine scandaleusement à faire pour des raisons surtout financières …

source entête image: http://www.sciencephoto.com/media/249795/view

source graphique:  Impact de l’augmentation de l’incidence des entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (EBLSE) sur l’application des précautions complémentaires dans un centre hospitalier universitaire (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0369811412000958)

Foyer de Grippe A en Haute Savoie faut-il encore s’alarmer ?

stop-grippe-aTous les médias s’empressent encore d’inquiéter la population avec ce nouveau foyer épidémique et certains osent dors et déjà lancer des titres cataclysmiques « La Grippe A revient » …

Pour autant que chacun des scientifiques du Réseau des Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe (GROG) le sachent, la grippe A n’a jamais complètement disparu de notre territoire … En effet il suffit de visiter le site internet http://www.grog.org/ et se diriger sur la page « situation en France » pour vite comprendre qu’elle est même majoritaire encore dans certaines régions telle que l’Ile de France …

grippe A france

Le GROG expique pour la semaine 50 une situation nationale classique:

– La fréquence des consultations pour infection respiratoire aigüe (IRA) en médecine générale et en pédiatrie poursuit sa lente progression.

– Les détections de virus grippaux A et B dans les prélèvements effectués par les vigies du Réseau des GROG deviennent plus fréquentes.

– L’épidémie de bronchiolite à VRS (virus respiratoire syncytial) du jeune enfant se poursuit mais semble atteindre son pic.

– Il ne faut plus tarder pour vacciner contre la grippe les personnes à risque et ceux qui les prennent en charge.

– Les mesures barrières (lavage des mains, aération des locaux, port du masque, mettre son coude devant sa bouche ou son nez pour tousser ou éternuer, éviter les embrassades, etc.) sont particulièrement de mise.

Pourquoi une telle médiatisation ?

Il s’agit en fait d’une épidémie localisée dans une clinique de convalescence et touchant 35 individus incluants patients et personnel. Ce type de foyer est complètement classique dans une période qui précède l’épidémie annuelle de grippe. Et c’est parce que ce foyer touche un établissement de soins qu’il a été administré à l’ensemble des individus infectés et contacts un traitement au Tamiflu(r).

Rappel:  Il est encore temps de vous vacciner… l’épidémie est attendue dans environ 15 jours. Mais sachez qu’il n’est jamais trop tard pour se vacciner contre la grippe, même en situation épidémique le bénéfice est reconnu.

Sources:

http://www.grog.org/bullhebdo_pdf/bull_grog_50-2012.pdf

http://www.radinrue.com/article7815.html

E. Coli s’emballe dans les steaks hachés

Les magasins Intermarché et Netto ont appelé à la vigilance, samedi 23 juin,  pour 16 départements du Sud-Ouest en raison d’un risque possible d’infection à la bactérie pathogène Escherichia coli. Les départements concernés sont les suivants 12, 16, 17, 19, 24, 31, 32, 33, 40, 46, 47, 64, 65, 81, 82, 87 (Aveyron, Charente, Charente-Maritime, Corrèze, Dordogne, Haute-Garonne, Gers, Gironde, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne et la Haute-Vienne).

Les steaks hachés en cause sont de la marque JEAN ROZE – NETTO – TOP BUDGET chez INTERMARCHE / NETTO (Quart Sud Ouest), du numéro d’identification vétérinaire: FR – 47.091.002 – CE dont la date limite de consommation est du 28 mai au 15 juin 2012 ils ont étaient vendus sous la dénomination «steak haché frais 15% de matière grasse» et «steak haché frais 20% de matière grasse»

4 enfants et un adulte ont été admis la semaine dernière aux CHU de Bordeaux et de Pau. Ils souffraient des symptômes liés à  la bactérie E.Coli. Trois enfants sont toujours hospitalisés ce lundi à Bordeaux.

– sources officielles:

http://www.rappelsproduits.fr/retour-securite/rappel-produit-JEAN-ROZE-NETTO-TOP-BUDGET-chez-INTERMARCHE-NETTO-Quart-Sud-Ouest-Steak-hache-Frais-Steak-hache-frais-15-matiere-grasse-steak-hache-frais-20-matiere-grasse,1310.html

sources:

http://poitou-charentes.france3.fr/info/2-enseignes-rappellent-des-steacks-haches-suspects-74664383.html

http://www.europe1.fr/France/Bordeaux-un-cas-d-E-coli-confirme-1144447/

http://www.leparisien.fr/societe/bordeaux-trois-enfants-hospitalises-apres-une-infection-a-la-bacterie-e-coli-25-06-2012-2064653.php

http://www.francesoir.fr/actualite/sante/bacterie-ecoli-des-steaks-haches-intoxiques-trois-enfants-hospitalises-239427.html

Sporicidie en 5 minutes, mythe ou réalité ?

Dans le cadre de la désinfection des endoscopes la sporicidie en 5 minutes devenait une aubaine dans le cadre d’une amélioration ergonomique, organisationnelle et d’un gain de temps de travail. L’annonce a forcément été prise à la hâte par certains établissements comme une solution matérielle a d’éventuelles difficultés organisationnelles ou de ressources humaines, mais qu’en est t’il réellement ?

La SF2H n’a pas tarder à prendre posistion sur cette annonce et explique qu’actuellement 3 normes sont disponibles pour la détermination ou l’évaluation de l’activité sporicide des désinfectants, une norme française (NF T72-230/231) et deux normes européennes (NF EN 14347 et NF EN 13704). La norme NF T72-230/231 est la méthode française de référence pour l’évaluation de l’activité sporicide des désinfectants. Cette norme de base, utilisable dans tous les domaines y compris médical, est toujours d’actualité n’ayant été que partiellement remplacée par les normes européennes NF EN 14347 et NF EN 13704. La norme NF EN 14347 est une norme européenne de phase 1 utilisable dans tous les domaines y compris le domaine médical. La norme NF EN 13704 est une norme européenne d’application de phase 2 étape 1 réservée aux désinfectants utilisés dans le domaine de l’agro-alimentaire, dans l’industrie, dans le domaine domestique et en collectivité.

La SF2H rapelle un fait important, «  la liste positive des désinfectants (LPD) de la SF2H retenait comme critère d’inclusion, pour les désinfectants de dispositifs médicaux thermosensibles (rubrique D), la conformité à la norme NF T72-230/231 ou à la norme NF EN 14347 (référence LPD juin 2009). La norme NF EN 13704, bien qu’existant depuis 2002, n’a jamais fait partie des critères de sélection de la LPD, du fait de conditions opératoires particulières, non adaptées au domaine médical.

La revendication d’un temps de contact réduit pour la désinfection de haut niveau repose sur l’utilisation, par certains fabricants, de la norme NF EN 13704, en l’état ou modifiée » explique la SF2H.

La SF2H attire son attention sur 4 points importants et nous ajouterons un 5ième point sur l’aspect COFRAC mis en avant par certains laboratoires.

« 1- La norme NF EN 13704 ne peut pas être prise en compte en l’état pour démontrer l’activité sporicide d’un désinfectant de DM. En effet, plusieurs éléments la rendent non adaptée à la désinfection des dispositifs médicaux critiques :

– une seule souche est obligatoire (Bacillus subtilis), alors que Bacillus cereus peut être une souche limitante pour des désinfectants à base d’acide peracétique ;

– la réduction de 3 log est insuffisante au vu de l’objectif visé.

2- Certains fabricants modifient actuellement les conditions opératoires de la norme NF EN 13704 (inoculum, réduction logarithmique, souches, …) pour l’adapter au domaine médical. Or, la norme NF EN 14885 « Application des Normes européennes relatives aux antiseptiques et désinfectants chimiques » précise que si une norme est modifiée dans sa méthode, les fabricants ne peuvent pas en revendiquer la conformité. La modification de la norme NF EN 13704 s’appuie sur un projet de révision de la norme NF EN 14885, non encore publié à ce jour. Ce projet s’oriente vers une utilisation possible à l’avenir de normes d’un autre domaine :

– en l’absence de norme adaptée, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui (2 normes de sporicidie à disposition) et ce qui ne sera pas non plus le cas dans les années qui viennent (norme médicale de phase 2-1 en projet),

– à condition de le justifier scientifiquement,

– sous réserve que l’ensemble des conditions opératoires soient adaptées au domaine d’application du produit.

Si ce principe devait être confirmé, il serait nécessaire d’établir une liste unique des conditions opératoires à mettre en oeuvre pour une adaptation au domaine médical, ceci pour éviter toute modification subjective de la norme par les fabricants. Il resterait toutefois l’impossibilité de revendiquer la conformité à la norme, principe a priori maintenu dans le projet de révision.

3- Dans l’attente de la norme médicale européenne de sporicidie de phase 2-1 (en projet) et conformément à la note d’information de la SF2H sur l’évolution des normes relatives aux antiseptiques et désinfectants entre 2009 et 2011, il est recommandé de continuer à prendre en compte les normes NF T 72-230 et NF EN 14347. Bien que de phase 1, ces deux normes peuvent être utilisées transitoirement en l’absence de norme de phase 2-1 adaptée au domaine médical. Elles sont utilisables en l’état sans modification de la méthode, ce qui permet aux fabricants d’en revendiquer la conformité.

4- Quelle que soit la norme de sporicidie utilisée, les établissements sont également mis en garde vis-à-vis de l’application des nouveaux temps de contact préconisés : ces temps ne doivent pas avoir été établis à la concentration d’emploi du produit mais pour des concentrations inférieures de façon à disposer d’une marge de sécurité. Cette marge est fondamentale compte-tenu du type de dispositif médical traité (critique), de l’instabilité chimique et/ou microbiologique de certaines formulations à base d’acide peracétique et du caractère manuel de la procédure de désinfection de haut niveau. »

5 – Non explicité par la SF2H. La couverture du COFRAC des essais réalisés par un laboratoire ne doit pas être un faire-valoir sur l’efficacité d’un produit. Attention !!! Le COFRAC couvre les essais selon un référentiel … mails il faut absolument vérifier que le référentiel utilisé (la norme utilisée dans le cadre de ces essais) soit en conformité avec le secteur d’application. Ainsi il faut toujours prendre connaissance des normes citées par les fournisseurs afin de prendre connaissance du champ d’application exacte. Rappelons enfin, pour tout résultat labellisé COFRAC, de prendre connaissance de la couverture effective de la labellisation. En effet il n’est pas rare que le logo ne couvre que partiellement la feuille de résultat présentée. Dans ce cas une information explicite doit se trouver sur ce dit document.

TJP

Sources:

Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Janvier 2012

Fast-foods l’hygiène commerciale ou une vraie prise de conscience ?

Depuis les derniers cas de toxi-infections alimentaires en fast-food, on sent de la part des grands groupes un besoin important de rassurer le consommateur dans la maîtrise des règles d’hygiène de la restauration.

« Permettre aux employés des établissements de restauration rapide (Fast-Food) de comprendre et suivre l’hygiène alimentaire au quotidien dans son établissement.Sensibilisation aux contrôles et aux surveillances à réaliser pour assurer la sécurité sanitaire des produits. Comprendre la réglementation et l’intérêt de la méthode HACCP » indique un spécialiste de la formation HACCP

La méthode HACCP ( Hazard Analysis Critical Control Point) est le nerf de la guerre dans la mise en place d’un système qualité dans l’ensemble de la restauration collective. Parmis les axes majeurs de cette méthode: la mise en place de circuits respectant le principe de la marche en avant, la maîtrise de l’hygiène des mains (technique et opportunés), le respect de la tenue vestimentaire (tunique/chemise manches courtes, pantalon, charlotte, gants, masques pour les gens malades), la maîtrise de la contamination des surfaces de travail et des locaux (bionettoyage, contrôles microbiologiques de surfaces, sensibilisation du personnel au bionettoyage)

En parallèle il est important de mettre en place une cartographie des risques par une méthode type 5M ou diagramme d’Ishikawa voir une méthode AMDEC ( Analyse des Modes de Défaillances et de leur Criticité). Ainsi prendre en compte dans ces risques la maîtrise des températures, de l’huile de friture,  des matières premières à la réception, de la décongélation des produits, des dates limites de consommation et de la traçabilité totale des produits.

Un grand axe d’action est celui de la formation des employés, leur inculquer des règles d’hygiène de base que beaucoup n’ont pu bénéficier et ensuite leur transmettre une culture générale sur l’écologie bactérienne et les agents pathogènes responsables de Toxi-Infections Alimentaires Collectives.

La campagne publicitaire du géant des fast-food indique avoir mis en place un système de qualité récemment.

Mais est ce une véritable prise de conscience?

On ne peut que l’espérer, le site internet du géant Mc Donald’s reprend l’ensemble des principes de l’HACCP. Les vidéos de la campagne montrent de façon esthétique des gens travaillant dans les règles strictes d’hygiène.

Le groupe Quick lui indique sur son site également un engagement aux différents principes HACCP mais n’aborde pas les problèmes d’hygiène des mains et de tenue de travail au jour de publication de notre article.

KFC reste encore plus mystérieux sur ce sujet, là encore au jour de publication de notre article.

On ne peut que commenter ce manque de réactivité par la désignation de  la parution du Décret n°2011-731 du 24 juin 2011 relatif à l’obligation de formation en matière d’hygiène alimentaire de certains établissements de restauration commerciale. JORF du 26/06/2011 qui rend obligatoire la formation en hygiène pour la restauration commerciale qu’à partir du 1er octobre 2012.

Rappelons enfin les premiers résultats de « l’Enquête Nationale menée dans la restauration rapide et la vente à emporter » publiés par le ministère de l’agriculture sur son site: « 

Entre le 27 juin et le 1er juillet, les services des directions départementales chargées de la protection des populations ont procédé au contrôle de 1725 établissements de restauration rapide et de vente à emporter qui ont donné lieu à 140 mises en demeure de faire procéder à des travaux, 9 fermetures d’établissements, 43 procès verbaux et 40 saisies d’aliments non conformes..

Les différents rapports constatent une maîtrise insuffisante de la règlementation, notamment dans les établissements indépendants hors enseigne. Cette méconnaissance concerne plus particulièrement le non-respect des températures et de la chaîne du froid, les bonnes pratiques d’hygiène et l’insuffisance de formation du personnel.

Ces contrôles se poursuivront jusqu’au 31 août pour assurer la sécurité des populations dans le cadre de l’Opération Alimentation Vacances. Cette opération qui décline le volet « sécurité et hygiène alimentaire » du plan interministériel de renforcement des contrôles pendant la période estivale (opération interministérielle vacances) mettra prioritairement l’accent sur la surveillance des entreprises spécialisées dans des produits saisonniers, des restaurants situés en zone touristique ou de restauration rapide et des centres de loisirs. »

TJP

sources :
http://www.mcdonalds.fr/qualite/les-filieres/fournisseurs.html#Coulisses

http://group.quick.fr/lu-fr/quick-sengage/qualite

http://www.kfc.fr/#/you_faq/

Décret n°2011-731 du 24 juin 2011 relatif à l’obligation de formation en matière d’hygiène alimentaire de certains établissements de restauration commerciale. JORF du 26/06/2011

http://www.formation-haccp.com/hygiene-haccp-fast-food-restauration-rapide.html

http://agriculture.gouv.fr/Premiers-resultats-de-l-enquete