Archives de Catégorie: Laboratoire

Surv_microbio_environnement CCLIN SUD OUEST 2016 page 1Le tant attendu guide du CCLIN Sud-Ouest concernant la surveillance microbiologique de l’environnement dans les établissements de santé vient de paraitre.

L’Association des Biohygiénistes Européens (ABE) avait déjà eu la primeur d’apercevoir  une première version du document en novembre 2015 .

Ce guide se veut avant tout être un document facile à consulter avec des liens hypertextes prévus pour une bonne navigation entre les sujets et au sein d’un même sujet.

Il s’organise autour de 5 grands chapitres dans lesquels on retrouve les 5 thématiques de contrôles microbiologiques habituellement retrouvés en hygiène hospitalière (Air : Comptage particulaire, Air : Aérobiocontamination, Prélèvements d’eaux, Prélèvements de surfaces, Prélèvements en endoscopie.).

Il rappelle les conditions de mise en place des stratégies de contrôles pour chacunes des thématiques de contrôles microbiologiques en introduisant le cadre de la démarche d’assurance qualité.

Chapitre 1 : Stratégie de la surveillance, dans lequel il aborde le principe et le mécanisme d’accréditation des laboratoires d’hygiène hospitalière organisé depuis quelques années.

Chapitre 2 : Eléments pour le cahier des clauses techniques particulières CCTP, dans lequel on y retrouve des éléments de réponses concernant la rédaction du Cahier des Clauses Techniques Particulières lorsque ces contrôles sont réalisés par un prestataire externe.

Chapitre 3 : Le prélèvement. On y retrouve l’ensemble des étapes pré-analytiques ainsi que les référentiels techniques d’échantillonnage de l’environnement pour chaque thématique de contrôles microbiologiques.

Chapitre 4 : L’analyse – méthodes et résultats: Ce chapitre expose l’ensemble des notions analytiques. Ainsi les conditions d’incubation, les milieux, les consommables, les réactifs employés  ainsi que les méthodes de lecture des résultats.

Chapitre 5 : L’interprétation des résultats : Y sont détaillés l’ensemble des valeurs émanant des normes en vigueur ou à défaut des recommandations émanant de référentiels nationaux.

La navigation hypertexte organisée sous forme de tableau par thème et par chapitre est une excellente idée.

NAVIG

 

Il intègre également des illustrations techniques afin de mieux apréhender les techniques pré-analytiques.

PICS ENDO

SUR

On y trouve un nombre important de tableaux récapitulatifs en terme de valeurs cibles

 

TABL ENDO

Ce document remet à jour la culture de contrôle de l’environnement hospitalier en reprenant toutes les nouvelles notions publiées dans les récentes normes et recommandations. Il devient le nouveau référentiel national en terme de contrôles microbiologiques de l’environnement hospitalier.

Pour télécharger le document vous pouvez vous rendre directement sur le site du CCLIN SUD OUEST rubrique Publications ou aller sur ce lien :

http://www.cclin-sudouest.com/wp-content/uploads/2015/08/Surv_microbio_environnement.pdf

 

Mise à jour le 03/05/2017

Au revoir NF-T 90-461 ! Bonjour ISO EN 11133 !

nelle norme2La norme ISO EN 11133 (Microbiologie des aliments, des aliments pour animaux et de l’eau – Préparation, production, stockage et essais de performance des milieux de culture) publiée en juillet 2014 fait beaucoup de bruits sur le réseau depuis quelques semaines en effet les certificats de conformité en font de plus en plus mention et rien ne transpire vraiment en termes de communication sur ce référentiel.

Le référent veille documentaire du Forum des Biohygiénistes a donc interpelé le Pôle Norm’Info pour en savoir d’avantage.

Nous sommes en octobre et le service concerné de l’AFNOR est affirmatif, la NORME NFT 90-461 (Qualité de l’eau-microbiologie – contrôle qualité des milieux de culture) et l’ensemble de ses amendements seront remplacés par la norme ISO EN 11133 d’ici la fin de l’année 2015.

Le délai d’annulation de la NORME NFT 90-461 serait dû à «l’attente de l’accord des pouvoirs publics concernant la conformité avec les textes de réglementations existants » nous précise le mail de réponse envoyé à notre référent.

La difficulté est que la plupart du temps un délai de 6 mois est toléré entre la date de publication d’une norme et son délai de mise en application.

Le mail nous précise toutefois que « Le COFRAC est au courant et une exception devrait être accordée jusqu’à la fin de l’année pour utiliser la NF T 90-461 pendant cette période d’ajustement la norme NF T 90-461 reste en vigueur jusque-là. »
Nous invitons à vous rapprocher du COFRAC si vous devez subir un audit dans les semaines et mois qui viennent et un service d’information est disponible sur la page du site internet de l’AFNOR rubrique « NOUS ECRIRE »

AFNOR PAGE WEB

Un « cadenas » biologique pour empêcher les micro-organismes artificiels de s’échapper

brins-d-adn-helice-duelle-17352206« Des biologistes américains ont conçu un « cadenas » biologique permettant d’éviter la propagation dans l’environnement d’une bactérie génétiquement modifiée, en la rendant dépendante d’une molécule artificielle. » explique un article du Journal de la Science (JS).

En effet, à l’image de certaines bactéries à substrat naturel obligatoire telle que Legionella pour la cystéine qui ne peut se multiplier qu’en présence de cette molécule, les scientifiques ont imaginé et conçu des bactéries à substrat « artificiel » obligatoire. C’est un type de substrat entièrement inventé par les scientifiques que l’on ne retrouve pas dans l’environnement naturel.

Beaucoup de précautions sont prises par les laboratoires pour éviter que des germes artificiels ne se retrouvent dans la nature. JS explique que « toutefois, le risque demeure, indéniablement. » et que « c’est précisément pour réduire le risque d’une contamination de l’environnement par des organismes génétiquement modifiés que le professeur de génétique Robert Church (Harvard Medical School, Etats-Unis) et ses collègues ont ni plus ni moins mis au point un code génétique capable d’éviter tout risque de contamination de ce type. »

 En modifiant sont code génétique, c’est une souche d’Escherichia Coli que les chercheurs ont décidé de rendre dépendante à un aminoacide (acide aminé) complètement inventé par ces derniers.

Pour le moment cette avancé démontre qu’il pourrait être possible de développer des « systèmes » de protection pour empêcher une diffusion de micro-organismes génétiquement modifiés dans la nature.

L’article n’aborde cependant pas les risques de mutation. Car le monde microbien fait sans nul doute parti des espèces vivantes les plus mutantes.

Sources :

http://www.journaldelascience.fr/biologie/articles/chercheurs-inventent-code-genetique-pour-proteger-organismes-artificiels-4512

Rouxiella chamberiensis, nouvelle bactérie identifiée par l’Institut Pasteur

« En décembre 2013, à la suite de la mort de trois nourrissons grands prématurés et de l’infection d’un quatrième à l’hôpital de Chambéry, la Cellule d’intervention biologique d’urgence (CIBU) de l’Institut Pasteur, dirigée par Jean-Claude Manuguerra, avait été fortement sollicitée pour identifier la bactérie retrouvée en grande quantité dans six poches de nutrition parentérales ayant servi à alimenter les nouveau-nés. Les chercheurs avaient alors pu conclure à l’implication d’une nouvelle bactérie et, fait rare, appartenant à un genre jusqu’alors non décrit.

Après le séquençage de l’intégralité de son génome et sa caractérisation complète, cette bactérie, baptisée par les chercheurs Rouxiella chamberiensis, vient d’être officiellement reconnue par le Comité international de taxonomie bactérienne. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue de référence en taxonomie : International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology. »
arbre_phylogenetique_rouxiella_1
« Le nom du genre de la bactérie rend hommage à Emile Roux, médecin bactériologiste et immunologiste qui cofonda l’Institut Pasteur aux côtés de Louis Pasteur. Le nom de l’espèce a été attribué en référence à Chambéry, lieu de l’apparition de la nouvelle bactérie. »
« Les chercheurs de la CIBU poursuivent aujourd’hui leurs investigations, en collaboration avec d’autres équipes de l’Institut Pasteur ou d’institutions extérieures. Ils travaillent notamment à la mise au point d’un test de détection spécifique à Rouxiella chamberiensis. Par ailleurs, ils doivent également apporter leur expertise dans le cadre de l’enquête judiciaire, qui devrait permettre d’établir le scenario de contamination des poches de nutrition, et de comprendre d’où provient cette bactérie, quel est son mode d’action. »
Sources :
Publication :
Anne Le Fleche-Mateos, Marion Levast, Fabienne Lomprez, Yolande Arnoux, Clément Andonian, Michel Perraud, Véronique Vincent, Meriadeg Ar Gouilh, Jean-Michel Thiberge, Mathias Vandenbogaert, Laure Diancourt, Valérie Caro, Ana Maria Burguiere, et Jean-Claude Manuguerra, Rouxiella chamberiensis gen. nov., sp. nov., a new Enterobacteriaceae isolated from parenteral nutrition bags, Int J Syst Evol Microbiol ijs.0.000179; published ahead of print March 6, 2015
Articles historiques :

Journée Thématique de l’ABE «Nouvelle Norme NFT 90-431 » 13 mars 2015

afnorLe vendredi 13 mars 2015, 35 participants ont assistés à la présentation du Dr LAWRENCE sur l ‘actualisation de la norme de recherche des légionelles T90 431. Ce public était constitué de praticiens en hygiène, de biohygiénistes, d’infirmière hygiénistes et de techniciens de laboratoire en provenance d’Avignon, Mâcon, Nantes, Bordeaux, Beaumont sur Sarthe, La Roche Guyon, Jossigny, Paris, Aulnay sous bois, Poissy, Nanterre, Créteil, Beauvais, Evron, Corbeil Essonnes, Poitiers, Montreuil. Garches.

 

Pour en savoir plus :

Page de l’ABE :  http://biohygieniste.forumactif.com/?pid=5

Documents de l’ABE « Légionelles – Norme NFT 90-431 » http://biohygieniste.forumactif.com/t15-apres-midi-thematique-legionelles-nouvelle-norme-nft-90-431-du-13-03-2015

 

 

 

 

 

Session thématique sur la nouvelle NORME NFT90-431 de novembre 2014

gouteComme chaque année l’Association des biohygiénistes Européens propose des sessions thématiques en hygiène hospitalière accessible à tous.

Ces sessions permettent aux professionnels hygiénistes, (biohygiénistes, techniciens, infirmiers, cadres et praticiens en hygiène) ainsi qu’aux autres professionnels de santé notamment en endoscopie, dialyse, pharmacie… d’assister à des interventions assurées par un professionnel. C’est aussi un moment pour échanger vos expériences et poser directement vos questions à un spécialiste.

La prochaine session aura lieu le 13 mars sur la thématique : Recherche des légionelles dans les réseaux d’eau chaude sanitaire et plus particulièrement sur la nouvelle norme NF T90-431 (novembre 2014). Elle sera animée par le Dr Christine LAWRENCE, Praticien en hygiène, Microbiologiste à l’ Hôpital Raymond Poincaré.

Cette rencontre constitue une opportunité pour poser vos questions, pour vous aider à mettre en œuvre et à valider cette technique dans les domaines pré analytiques, analytiques et post analytiques.

Pour plus information rendez-vous sur : la page internet de l’ABE

Notons les prochaines sessions :

Juin 2015 : Les contrôles microbiologiques, chimiques et endotoxiniques en dialyse.

Octobre 2015 : Actualisation des recommandations sur les contrôles environnementaux en fonction des zones à risque.

Avril / Mai 2016 : 10e Congrès biologie et hygiène hospitalière

Octobre 2016 : session de formation thématique sur les contrôles microbiologiques en hygiène hospitalière

Les légionelles au coeur du combat laboratoires publics et géants privés

Hôpital-3La lutte contre la légionellose a été un fer de lance en hygiène hospitalière. Après de nombreux épisodes d’épidémies dans le milieu hospitalier avec près de 20% des cas de légionelloses en France à la fin des années 90, le milieu hospitalier concerne à ce jour environ 7% des cas en France par an à ce jour.

Cette lutte s’est largement améliorée avec l’implication des équipes d’hygiène hospitalière et la réalisation des contrôles microbiologiques pour recherche de légionelles par les techniciens biohygiénistes en interne à l’établissement de santé. Ces analyses ont évolués afin d’améliorer la sensibilité de la technique et les EOH se sont toujours adaptées à ces changements.

L’arrêté de février 2010, sous le lobby des grands laboratoires privés a imposé  la mise en place de l’accréditation COFRAC pour les laboratoires environnementaux en charge des analyses pour la recherche des légionelles. La mise en place de cette accréditation  a demandé un investissement financier supplémentaire de la part des hôpitaux pour maintenir cette force interne dans la lutte contre la légionellose et a obligé les laboratoires d’hygiène hospitalier à regrouper cette activité sur un seul laboratoire « territorial » dans l’optique des regroupements hospitaliers.

La nouvelle norme NFT 90-431 de décembre 2014, améliore principalement la sensibilité du résultat mais elle est sujet à des controverses telle que les délais et conditions d’acheminement des échantillons n’apportant que des contraintes pour des bénéfices techniques non scientifiquement prouvés ou publiés.

Au travers des adaptations sous les arguments d’amélioration continue se cache une bataille des marchés indiscutable dans les analyses environnementales. Les améliorations techniques, pour certaines sont plus des armes de découragement que de vrais points d’amélioration justifiés pour le terrain et la protection des patients.

Certains hôpitaux avaient déjà fait le choix lors de la mise en place de l’accréditation COFRAC depuis 2012, d’une externalisation de la prestation avec des expériences peu convaincantes en terme de réactivité lors de suspicions, de difficultés à obtenir les souches pour les comparaisons avec les souches cliniques, la programmation de prélèvements environnementaux en urgence suite à un cas.

La réalisation en interne avait pour force pour le professionnel biohygiéniste de bien connaitre les aspects morphologiques des souches du réseau de l’hôpital dans lequel ou pour lesquels le laboratoire exerçait l’analyse.  Et cette connaissance du réseau est un levier indispensable pour une bonne maîtrise du risque infectieux lié à l’eau dans nos hôpitaux.

Les évolutions prochaines de cette course au marché va rapidement concerner la recherche de légionelles dans les co-propriétés avec sans doute un renforcement de la legislation, l’obligation d’accréditation pour les contrôles microbiologiques d’endoscopes qui sont pourtant bien maîtrisés dans les hôpitaux publics à ce jour et enfin les contrôles d’air dans les zones accueillant du public.

TJP

Déclaration de guerre, contre la résistance aux antibiotiques par la World Alliance Against Antibiotic Resistance

Le docteur Carlet a publié tout récemment « The PARIS declaration of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance).

C’est donc dans son intégralité, que nous publions cette déclaration afin de soutenir cette association dans son effort titanesque afin de proposer des axes majeurs de réflexion pour faire face aux échecs de la « médecine antibiotique » d’aujourd’hui.

Pour information: La liste des membres de la World Alliance Against Antibiotic Resistance présente dans la publication ci-dessous n’est pas exhaustive celle-ci évoluant chaque jour.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

The PARIS declaration of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance).

Jean Carlet, Viviana Rodriguez, Gérard Bapt, Benoit Schlemmer, Gérard Nitenberg, Joel Leroy, Patrice Nordman, Jean François Pittet, Amani Alnimr, Jennifer Grant, Yvon Barlavie, Andrew Morris, Grant Waterer,  Antonio Torres, Jordi Mancebo, John McGowan, Sanjeev Singh, Jon Cohen, Jonathan Theodore, Yvana Balter, Pierre Parneix, Josette Raymond, Steve Opal, Michael Niederman, Thomas Gottlieb, George Dimopoulos, Garyphallia Poulakou, Abdul Ghafur, Ricardo Durlach, Jose Arthur Paiva, Massimo Antonelli,  Otto Cars, Petra Gastemeier,Bernard Castan, Jos van der Meer, Jean Daniel Chiche, Lynora Saxinger, Trish Perl, Fatma Amer, Yehuda Carmelli, Fernando Luis Lopez Cardozo, Pierre Dellamonica, Françoise Leblanc-Jouffre, Jacques Acar, Didier Pittet, Susan Huang, Ibrahim Yusuf, Emile Zein, Ling Moi Lin, Shahen Mehtar, Babacar N’Doye, Peter Collignon, Claude Rambaud, Céline Pulcini, Christain Rabaud, Philippe Berthelot, René Courcol, Don Goldman, Sanjay Gupta, Cruz Cordero, Philip Dellinger, Michel Baussier, Xavier Lescure, Antoine Andremont, Jean-Pierre Hermet, Patrick, Coloby, Dominique Peyramond, Jacques Gilquin, Andreas Voss, Jan Kluytmans, Peter Pronovost, Jean Louis Vincent, Ethan Rubinstein, Vladimir Rudnov, Sophie Matheron, Remy Gauzit, Anny Poursinoff, Garance Upham, Xiao Yonghong, Rafael Canton, Mathias Pletz, Manuel Guzman, Gabriel Levy-Hara, Jesus Rodriguez-Bano, Lindsay Grason,  Andrew Morris, Chistian Chidiac, Alain Michel Ceretti, Claude Carlet, Philippe Thevenot, Bruno Housset, Pierre Weinbreck, Didier Payen de la Garanderie, Bruno Marchou, François Tremolières, Gilbert Mouthon, Michel Troadec, Olivier Romain, Robert Cohen, France Cazenave-Roblot, Marc Veilly, Nicholas Terzi, Benoit Guery, Dominique Valla, Claude Attali, Jean Pierre Aubert, Philippe Vanheims, Cecile Mourlan, Catherine Guignabert, Catherine Cordonnier, Louis Gazagne, Jean Brami, Bernard Garo, Alain Bousquet-Melou, Christian Brun-Buisson, Thierry Calandra, Stephane Harbarth, Fabienne Tamion, Ian Gould, Romain Carlet, Camille Carlet, André Cabié, Michel Dupont, Fernando Baquero, Serge Alfandari, Thierry Mayet, Emmanuelle Varon, Anne Lotthé, Gérard Larroussinie, Thierry Lavigne, Jean-Paul Mira, Françoise Ballereau, Marin Kollef, Elisabeth Heisbourg, Hajo Grundman, Paul Richman, James Hughes, Tim Walsh, David Vaughan, Pierre-François Laterre, Jessica Minion, Tatiana Galperine, Jean-Luc Schmit, Marie-Laure Joly-Guillou, Jacques Birgé, Konrad Reinhart, Thi Anh Thu Le, Vincent Jarlier, Marces Cyrillo, James Johnson, Naima Elmdaghri, Philippe Eggimann, Donald Craven, Agnes Riche, Olivier Lehiani, Jea-Paul Stahl, Alain Lepape,Laurent Thiriet, Mercedes Palomar, Alvaro Villanueva, Jean Christophe Lucet, Jean Yves Madec, Lucy Palmer, Eli Perencevich, Bruno Hoen, Daniel Floret, Pierre Tattevin, Bernard Page, Olivier Jonquet, Anne savey, Fabrice Bruneel, Bernard Garo, Aidan Hollis, Bertrand Guidet, Robert Weinstein, Dominique Jean, Benoit Misset, Maité Garrouste-Orgeas,Hervé Lelouet, Jean Luc Mainardi, Apostolos Armaganidis, Thierry May, Irène Frachon, Bernard Chanfreau, Antoine Andremont, Fredérique Benhourry, Nicolas Terzi, Pascal Chavanet, Jacques Fabry, Franck Mansour-Adeoti, Florian Carlet, Badreddine Kilani, Virginie Vitrat, Fekri Abroug, Keith Klugman, Claude Martin, Marthe Than Lecompte, Stephen Zinner, Joséphine  Zoungrana, Jordi Rello Condomines, Christelle Miquel on behalf of the WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance)

Supporting medical societies

International Society of Infectious diseases (ISID), -Société Française de Médecine Générale (SFMG), Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), Société Française de Microbiologie (SFM), Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H), Société Française de Santé Publique (SFSP), Société de Réanimation de Langue Française (SRLF), Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR), Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF), Société Libanaise de Médecine Interne (SLMI), Société Française de Greffe de Moelle (SFGM), Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), Association Tunisienne de Réanimation (ATR), Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse (STPI), Sociedale Paulista de Infectiologia-Brazil, Société Belge de Microbiologie Clinique (BVIKM/SBIMC), Société Marocaine de Maladies Infectieuses (SMMI), Société Française de Dermatologie (SFD), Australasian Society for Infectious Diseases (ASID), Australian Society for Antimicrobials (ASA), Austrian Antibiotic Stewardship Group, Hellenic Society of Intensive Care, Société Française de Médicine Interne (SFMI), European Society of Intensive Care Medicine (ESICM), Israel Society for Infectious Diseases, Brazilian Society of Infectiology, Sociedad Española de Medecina Intensiva , Critica y Unidades Coronarias Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiologia Clinic, Sociedad Española de Enfermedades Respiratorias ( SEPAR )

« The Infectious Diseases Society of America (IDSA) supports the principles contained in the World Alliance Against Antibiotic Resistance’s (WAAR) 2012 statement published in Antimicrobial Resistance and Infection Control »

Other groups or associations

– Association Le LIEN, Association Le CISS, Fédération des Spécialités Médicales (FSM), Association pour la chimiothérapie anti-infectieuse (ACAI),Observatoire National d’épidémiologie de la Resistance Bactérienne aux antibiotiques (ONERBA),Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE), Collège national de médecine générale (CNMG), Fédération Française de pneumologie (FFP), Groupe de Pathologie Infectieuse en Pédiatrie (GPIP), Collège des Enseignants de Maladies Infectieuses (CEMIT), Fédération Française d’Infectiologie (FFI), Collège National de Pathologie Infectieuse (CNPI), Institut Maurice Rapin (IMR), Medqual (F. Ballereau), Antibiolor (C Rabaud), Observatoire du Risque Infectieux en Gériatrie (ORIG, Réseaux de surveillance des antibiotiques et des bactéries multi-résistantes du Sud Est), Le Forum des bio-hygiénistes, Arab Alliance for a prudent use of antimicrobials (Ar-Apua), Association Phagespoir, Programme National de lutte contre l’infection nosocomiale (PRONALIN, Senegal), Réseau International pour la Planification et l’Amélioration de la Qualité, et de la Sécurité dans Services de Santé en Afrique (RIPAQS), Infection Prevention and Control African Network (IPCAN), Association des médecins coordonnateurs en EHPAD, Association de Lutte contre les Infections Associées aux Soins (ALIAS), Ligue Africaine des Associations pour la Sécurité des patients (LIASEP), Portuguese alliance for the preservation of the antibiotic, ESGAP working group ( ESCMID), Association des victimes d’infection nosocomiale (ADVIN), Comité de pilotage des réseaux de surveillance ATB et BMR Sud EST. Hellenic Sepsis Study Group.

After saving countless lives, antibiotics are in danger of losing their effectiveness. The reasons are an alarming increase in bacterial resistance combined with an almost complete absence of new drugs in the antibiotic pipeline. Treatment failures are already occurring in patients with community acquired infections whose only unusual feature is causation by multidrug-resistant (MDR) bacteria. Hospital acquired infections are often due to multi-resistant bacteria, some of which are resistant to all available antibiotics. These failures will become increasingly common, some representing life-threatening situations. In addition, risks will increase sharply in patients who require procedures associated with high risks of infections if antibiotics are ineffective (e.g., major abdominal surgery, organ transplantation, and immunosuppressive treatments).

Antibiotics are unique medications in that their targets (bacteria) are living organisms capable of adapting by developing or acquiring mechanisms that confer resistance to antibiotics (e.g., mutations and the acquisition of resistance-gene vehicles). Despite this feature, which is shared by no other medication, antibiotic prescription is viewed as a trivial act, both in humans and in animals. Worldwide the volumes of antibiotics used in people, animals, aquaculture and even horticulture are huge, and in most countries continueto rise. The risk for the environment is paramount.

Clearly, there is a pressing need to protect the effectiveness of antibiotics (and of anti-infectious medications in general) via proactive strategies similar to those used to save endangered species, in keeping with the concept of sustainable development. Antibiotic drugs deserve to be put on the UNESCO list of intangible cultural heritage. Antibiotics are unique medications and must be prescribed only with good reason and when they will be effective. Each prescription should be thought through carefully, and the short-term benefits to the patient (which obviously deserve priority in the event of a bacterial infection) should be weighed against two categories of deleterious effects: short-term adverse effects on the patient – such as manifestations of intolerance or allergies, which are unacceptable if the antibiotic is not indispensable – and the negative medium-term effects on bacterial ecology, with the selection of MDR organisms. Selected MDR organisms subsequently cause infections in the community, of which that same patient is a member. The objective of achieving rational antibiotic prescribing practices requires an orchestrated effort by both the healthcare system users and the prescribers. Other strategies should be implemented concomitantly, such as campaigns to promote immunizations known to exert antibiotic-sparing effects (e.g., against influenza, measles, and pneumococcal disease…).

WAAAR is a cross-sectional action plan designed by a large  group of professionals and by the patient-support group of consumers to deal with the current emergency. This plan involves healthcare providers (in hospitals and private practice), veterinary medicine professionals, and environmental specialists. It is of immediate significance for current and future users of the healthcare system, as well as for all of us in the general population.

WAAAR is a group of about 510 individuals coming from 43 different countries representing all the key stakeholders ( MDs, Veterinarians, pharmacists…) including healthcare system users (LIEN, CISS, Patients for Patient Safety [WHO], and the Association for the defense of Victims of Nosocomial Infections [ADVIN] in Quebec). The Alliance receives support from 60 learned societies or professional groups in France and throughout the world. It is a nonprofit organization (French law of 1901) open to professionals and users worldwide. WAAAR has no conflict of interest, and does not receive resources from the industry.

SAFEGUARDING ANTIBIOTICS requires an orchestrated effort carried out jointly by healthcare system users and prescribers (in the broad sense of the term). Therefore, WAAAR has chosen as its primary objective to raise awareness among all stakeholders of the urgency and magnitude of the threat. The Alliance must lobby actively for antibiotics preservation beyond the circle of insiders in order to raise awareness among policy-makers, international health organizations, and the entire population. Such are the purposes of the Paris WAAAR declaration against antibiotic resistance.

The Alliance advocates a number of immediate measures:

  • A much more cautious and controlled approach to the use of antibiotics, in all areas (Antibiotic safety).
  • Relentless efforts to prevent cross-transmission of MDR organisms both in hospitals and in private practice.
  • Expansion of basic and applied research efforts in human and veterinary medicine.
  •  Development of new antibiotics.
  • Development of antibiotics or treatment strategies for veterinary medicine that have the smallest possible ecological impact (antibiotic safety).
  • Development of new vaccines.
  • Widespread  use of diagnostic tests, aiming to limitprescription of antibiotics to proven bacterial infections.
  • Ban of broad spectrum antibiotic (prophylaxis) use without an attempt to diagnose the cause of the infection, or the targeted micro-organisms (meta-phylaxis, surgery…).
  • Increased surveillance of antibiotic resistance and use, with regular feedback to healthcare professionals and public.
  • Education and training programs for healthcare professionals and consumers

The WAAAR declaration will be launched with the following methodology. A multidisciplinary international scientific committee will be set up, in order to define priorities. The first step of the process will be a meeting organized during the annual congress of the European Society of Intensive Care Medicine (ESICM), in Paris, in October 2013. Next an evidence based assessment of the literature will be made, and communication will be established between members of Waaar, representatives of all the large international and national medical societies, including the animal world, and environment specialists, by way of a Delphi system (step two). The third step will be the organization of a large one or two day- meeting, before or after the ESCMID meeting, in Barcelona, in May 2014. During this meeting, open to all stakeholders, the prepared document will be discussed by a few working groups, and a final session will come-up with the semi final document. This document will be sent to all people and societies participating in the Waaar declaration, and to all other  stakeholders, including politicians, international agencies like ECDC, OIE, European commission, European Parliament, CDC, FDA, and various agencies and structures in the countries involved in the Waaar declaration, for their approval and support. The final document will be launched during a press conference organized in September 2014.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour plus d’informations:

Le site officiel de WAAAR:  http://www.waaar.org/

Journée Thématique de l’ABE « Endoscopie » 14 juin 2013

Vendredi 14 juin 2013, Thierry Pialleport Président de l’Association des Biohygiénistes Européens et le bureau, ont organisé une journée thématique sur l’endoscopie, dans les locaux du siège social de l’association, le lycée Pierre-Gilles De Gennes-ENCPB, 11 rue Pirandello – Paris 13.

DSCF2583

T. PIALLEPORT / Photo FBH/ABE(c) 2013

Cette journée a réuni plus de 70 professionnels venus de toute la France « Bordeaux, Saint-Nazaire, Vendée, Sables d’Olonne, Châteauroux, Versailles, Melun, Pontoise, APHP Paris » …et de spécialités diverses : « praticiens hygiénistes, cadres et infirmiers hygiénistes, biohygiénistes, personnels infirmiers et médico-techniques en endoscopie.

Après l’accueil des participants, la journée a débuté par une revue des publications et des cas concrets de contamination d’endoscopes à l’origine possible d’infections nosocomiales sporadiques ou épidémiques par Lisa Garcia, biohygiéniste au Centre Hospitalier de Chartres.

IMG_0006

L. GARCIA / Photo FBH/ABE(c) 2013

La matinée s’est poursuivie avec un rappel des conditions et des techniques de prélèvement (pré-requis, périodicité, technique de prélèvement, analyses) mais également la conduite à tenir vis-à-vis des résultats par Nicolas Arangia, biohygiéniste à l’Hôpital de Bicètre.

Imane ALAABOUCHE, biohygiéniste aux Hôpitaux universitaire Paris Centre Cochin – Broca – Hôtel Dieu, a interrogé l’auditoire sur le problème de l’utilisation des endocopes durant les gardes.

Avant la pause-déjeuner, Emilie Haverbeque Biohygiéniste au Centre Hospitalier de Valenciennes a abordé les problématiques concernant les armoires de stockage de plus en plus installés dans nos établissements.

L’après-midi a été l’occasion pour les participants de rencontrer 2 fabricants d’endoscopes (Olympus et Fujinon) autour d’ateliers pratiques consacrés à différents thèmes dont l’anatomie d’un endoscope, la réalisation pratique du prélèvement sur maquettes et un point sur le matériel et les produits nécessaires à la désinfection et d’un fabricant d’Enceinte de Stockage d’Endoscopes Thermosensibles ESET (Anios).

IMG_0017

Stand FUJINON / Photo FBH/ABE(c) 2013

Au moment de clore cette journée, l’Association des Biohygiénistes Européens (A.B.E.) a communiqué la date du 09ième Congrès « Biologie et Hygiène Hospitalière » qui aura lieu le mardi 08 avril 2014 au lycée Pierre-Gilles De Gennes-ENCPB, 11 rue Pirandello – Paris 13.

Des informations complémentaires sur ce 9ième congrès seront disponibles sur la page Internet de l’ABE dans les prochains mois.

La montée inexorable de la résistance aux antibiotiques, une aubaine pour la phagothérapie ?

source: http://www.sciencephoto.com/media/249795/viewL’arrivée progressive des bactéries hautement résistantes confirme qu’il faudrait mettre en place des mesures quasi-militaires pour enrayer le phénomène d’évolution des résistances aux antibiotiques.

Le contrôle des rapatriements sanitaires n’ont qu’une fonctionnalité toute relative. Et les hôpitaux sont forcément tenus d’accueillir tout patient quel qu’il soit, bien qu’il ne soit pas rare que des choix médicaux « borderlines » soient soutenus localement pour éviter d’entrer dans des mesures de précautions généralisées avec des sectorisations de services et du personnel couteuses et presque insupportables dans des établissements déjà en mauvaise santé financière.

De grands choix mondiaux devraient être pris rapidement afin de freiner coûte que coûte cette montée diffusion des bactéries multi-résistantes.

Si le contrôle de la diffusion des Staphylocoques dorés résistants à la méthyciline semble se confirmer grâce à la généralisation des solutions hydro-alcooliques,  la guerre s’enlise complètement face aux bactéries productrices d’une béta-lactamase à spectre étendu (ou élargie).  L’arrivée récente des bactéries hautement résistantes confirme cet enlisement au travers d’une politique d’utilisation des antibiotiques complètement insatisfaisante.

Microsoft Word - 185.doc

Le grand challenge pour l’industrie de l’antibiotique est d’accepter une modération de l’utilisation de leurs produits. En effet si la médecine humaine est la première a être mise en cause dans la montée de ces résistances, la médecine vétérinaire elle aussi devrait revoir sa copie et au delà même toute la filière agricole.

L’industrie de l’antibiotique n’est plus en mesure d’apporter en temps et en heure les nouvelles molécules qui seraient capables de reprendre le contrôle de ces nouvelles souches bactériennes multi-résistantes. Chaque entreprise productrice d’antibiotiques devra développer de nouvelles technologies capables de remplacer les antibiotiques si elle souhaite rester compétitive face à un phénomène naturel. Ne serait ce pas un projet simple de développement durable ?

Les conflits d’intérêts sont enfin pris en compte dans les rapports d’enquêtes et dans chaque document scientifique afin de mieux percevoir les tenants et aboutissants de chacun des participants.

Comme dans toute bataille, il faut diversifier les armes … et la phagothérapie commence seulement a être acceptée de certains scientifiques comme hypothétique candidat.

La phagothérapie est une méthode scientifique de destruction des bactéries par l’utilisation de virus « bactériophages » dirigés spécifiquement contre ses bactéries. La méthode a été peut soutenue jusqu’alors car peut d’investisseurs ne souhaitaient s’y pencher eu égard à l’essor économique important et sûr des antibiotiques.

Les équipes scientifiques les plus performantes sur ce sujet travaillent « actuellement en Europe de l’Est (à Tbilissi en Géorgie et à Wroclaw en Pologne) car, à la différence des Etats-Unis et de l’Europe occidentale, les bactériophages ont continué à être utilisés après la découverte des antibiotiques » lit on sur phagespoirs.unblog.fr .

Il ne reste plus qu’à financer et cadrer le périmètre des études scientifiques nécessaires à la validation d’une telle méthode avant les tous premiers essais cliniques à grande échelle dans nos hôpitaux tout en respectant les brevets des chercheurs de l’est … Ce que l’occident peine scandaleusement à faire pour des raisons surtout financières …

source entête image: http://www.sciencephoto.com/media/249795/view

source graphique:  Impact de l’augmentation de l’incidence des entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (EBLSE) sur l’application des précautions complémentaires dans un centre hospitalier universitaire (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0369811412000958)