Archives de Catégorie: Antibiotques / Antibiorésistance

Résistance aux antibiotiques : Appel de La Grande-Bretagne à une guerre internationale

Présentation1Comme s’il s’agissait d’un écho, suite à l’appel de la World Alliance Against Antibiotic Resistance du 23 juin (voir article « Résistance aux antibiotiques : l’appel de la World Alliance Against Antibiotic Resistance ».), le premier ministre britannique appelle à une action mondiale pour lutter contre la menace croissante de la résistance aux antibiotiques.

Le Figaro explique, La fondation Wellcome Trust contribuera pour 500 000 livres (630 000 euros) à l’initiative de David Cameron. « Ce n’est pas seulement un défi médical et scientifique, souligne le directeur du Wellcome Trust, le Dr Jeremy Farrar, mais aussi un défi économique et social ».

C’est à ce jour, la première puissance à prendre conscience de l’enjeu majeur de ce combat, à en prendre acte et à appeler les autres nations à rejoindre cette guerre à mener de manière mondiale. Ce combat ne peut être qu’efficace que si des actions internationales sont menées.

Il est important que d’autres nations (grandes et petites) rejoignent ce premier pas courageux britannique.

sources :

http://www.bbc.com/news/health-28123025

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/07/02/22556-david-cameron-declare-guerre-mondiale-lantibio-resistance

https://fbhleblog.wordpress.com/2014/06/23/la-declaration-de-guerre-contre-la-resistance-bacterienne/

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/la-declaration-de-waaar-contre-la

La déclaration de guerre contre la résistance bactérienne

C’est une journée de mobilisation internationale aujourd’hui, l’ensemble des membres de l’ Alliance Contre le développement des Bactéries Multi-Résistantes (ACdeBMR) ou World Alliance Against Antibiotic Resistance » (WAAAR) dans sa version anglaise ont pour objectifs de diffuser cette déclaration du 23 juin 2014 afin de sensibiliser les hommes politiques de tous pays confondus de la position scientifique face à « l’invasion  » par les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques.

 

Ci-dessous la déclaration en version intégrale:

 

L’augmentation du nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques représente un danger majeur pour la santé de l’homme et des animaux. Cette augmentation très alarmante, jointe à une absence presque complète de nouveaux antibiotiques est un des problèmes de santé publique les plus graves de notre temps. Les antibiotiques sont une classe thérapeutique unique, avec un aspect sociétal, car leur usage et mésusage chez un patient, avec diffusion des bactéries devenues résistantes entre les personnes, les animaux et l’environnement, peut affecter leur efficacité chez d’autres patients. La cible des antibiotiques est les bactéries, organismes vivants qui peuvent en effet évoluer en acquérant des mécanismes de résistance très rapidement .Ces bactéries résistantes peuvent alors être transmises facilement à d’autres personnes, et du matériel génétique bactérien codant pour la résistance peut être transmis facilement entre bactéries. Des échecs liés à ces bactéries multi-résistantes, initialement limités au secteur hospitalier apparaissent maintenant dans la communauté. On estime le nombre de décès annuels liés à ces bactéries à 25.000 en Europe, et 23.000 aux USA, au minimum. Le cout de la résistance bactérienne est considérable, en raison de la diffusion de la maladie, des décès, et des soins.
Bien que la résistance aux antibiotiques soit une histoire sans fin, elle est directement liée au volume d’antibiotiques utilisés. Nous utilisons des quantités croissantes d’antibiotiques chez l’homme et les animaux, ce qui déverse ces produits dans la nature. L’impact environnemental de ce phénomène est considérable, entrainant le développement et la dissémination des gènes d’antibio-résistance.
Nous devons lutter contre ces phénomènes en adoptant des stratégies proactives comparables à celles utilisées pour les espèces en voie de disparition, dans une philosophie de développement durable. Préserver l’efficacité des antibiotiques et stabiliser l’écosystème bactérien doivent être un objectif global absolu.
Sauvegarder les antibiotiques nécessitera un effort considérable et concerté des patients et des prescripteurs pour appeler tous les responsables à assurer un accès facile à des antibiotiques efficaces. L’objectif de WAAAR est d’attirer l’attention sur l’urgence et la gravité du danger, et de coordonner un dialogue européen et international pour trouver des solutions efficaces. L’alliance, en particulier au travers de cette déclaration, est destinée à lutter pour la préservation des antibiotiques et à maintenir la pression chez les prescripteurs, les hommes et femmes politiques, les décideurs de santé publique, les économistes, les usagers du système de santé, l’industrie pharmaceutique, les agences internationales, et l’ensemble de la population. Les actions individuelles, malgré leur louable intention, sont vouées à l’échec sans un dialogue international, un sens commun du danger, et un large consensus sur les façons de procéder.

WAAAR propose les 10 actions suivantes :

1) Prise de conscience de tous les acteurs, incluant le public, de l’intensité du danger représenté par la résistance bactérienne. Coopération étroite entre les organisations internationales, politiques et/ou économiques, qui doivent prendre la tête de ce mouvement contre la résistance bactérienne.
2) Organisation dans chaque pays, idéalement par les ministères de la santé, d’un plan national de lutte contre la résistance bactérienne, financé, avec participation de tous les acteurs, en particulier les associations de consommateurs.
3) Accès permanent aux antibiotiques essentiels et de qualité, en particulier dans les pays en voie de développement.
4) Surveillance de la consommation des antibiotiques et de la résistance.
– Surveillance de la résistance bactérienne et des consommations d’antibiotiques au niveau de l’institution, de la région, et du pays (sur le modèle des « Centers for Diseases Control and Prevention »-CDC), avec statistiques comparatives (benchmarking), publiées en temps réel, ou au moins tous les 12 mois. Amélioration des capacités des laboratoires, avec centralisation technique et coordination.
5) Développement de tests diagnostiques rapides.
– Développement de nouveaux tests diagnostiques rapides et efficaces, et utilisation des tests disponibles pour traiter rapidement avec des antibiotiques ciblés, pour éviter les traitements inutiles, (en différentiant infections bactériennes et non bactériennes) et pour moduler la durée du traitement.
6) Utilisation prudente, contrôlée, et surveillée des antibiotiques (Antibiotic stewardship).
– Dans les hôpitaux, les structures de long séjour, et en ville.
– Dans l’élevage, l’agriculture, l’aquaculture et le monde vétérinaire, dans une philosophie « une seule santé ».
– Abandon des antibiotiques (systémiques et locaux) comme facteurs de croissance et utilisation exceptionnelle en prophylaxie, chez l’animal.
– Utilisation rationnelle des antibiotiques en métaphylaxie (prophylaxie si certains animaux sont malades, ou à risque élevé de l’être) et en traitement des animaux.
– Utilisation limitée, chez l’homme et l’animal, d’antibiotiques critiques pour l’homme (ex :carbapenemes).
– Elimination progressive de la vente des antibiotiques « sous le comptoir » (disponibles sans ordonnance).
7) Efforts éducationnels, et informationnels.
Programmes éducationnels dirigés vers les enfants/adolescents sur les antibiotiques, la résistance bactérienne et la prévention de l’infection (modèle: e Bug)
– Mise en place de larges campagnes d’information et de sensibilisation dirigée vers le public pour un emploi rationnel des antibiotiques.
– Programmes d’éducation pour les professionnels de santé, y compris les vétérinaires, dentistes, infirmier(è)s, pharmacien(s)s et autres écoles médicales et en formation médicale continue, sur une utilisation rationnelle des antibiotiques, comprenant les indications, les doses, et la durée de traitement. Education des éleveurs.
8) Prévention et contrôle de la transmission bactérienne.
– Efforts soutenus pour prévenir la transmission croisée des bactéries multi-résistantes , lors des soins médicaux, la production alimentaire, et l’élevage .
– Promotion internationale de l’hygiène des mains, et des mesures de contrôle de l’infection ayant démontré leur efficacité.
– Limitation de la contamination de l’eau de boisson par les BMR, de même que la contamination de l’environnement
– Utilisation des vaccins disponibles, chez l’homme et l’animal
9) Recherche fondamentale et appliquée et développement de nouveaux produits.
– Nouveaux modèles économiques pour supporter le coût de l’innovation tout en préservant les impératifs de santé publique.
– Augmentation des ressources destinées à réduire la résistance bactérienne chez l’homme et l’animal
– Facilitation de la recherche de nouveaux produits (antibiotiques et autres produits), et de vaccins, par des mécanismes de régulation permettant un développement accéléré
10) Demande auprès de l’UNESCO d’inscrire les antibiotiques au patrimoine mondial de l’humanité.

Nous vous exhortons à participer à cette croisade, dans votre domaine. Les antibiotiques, et le miracle thérapeutique qu’ils représentent, doivent être protégés. C’est une urgence absolue, et c’est notre devoir. S’il vous plait, aidez nous à agir MAINTENANT, en soutenant cette déclaration, en incitant à un meilleur usage des antibiotiques chez l’homme et l’animal, en accompagnant les actions politiques pour le soutien d’une meilleure éducation, l’organisation d’une surveillance intégrée, et le développement de la recherche.

A propos de WAAAR

WAAAR est un groupe de 700 personnes, en provenance de 55 pays différents, et représentant tous les acteurs (médecins, vétérinaires, chirurgiens, microbiologistes, infectiologues, pharmacien (nes), infirmier(e)s, biologistes de l’évolution, écologistes, environnementalistes, hommes et femmes politiques, usagers du système de santé). L’alliance est soutenue par 85 sociétés savantes, et 50 groupes professionnels divers.

Personnes soutenant la déclaration de Paris

Jacques Acar (France), Amani Alnimr (Saudi Arabia), Fatma Amer (Egypt), Massimo Antonelli (Italy),   Gérard Bapt (France), Yvana Balter (France), Yaron Bar-Lavie (Isreal), Philippe Berthelot (France), Jean Carlet (France), Yehuda Carmeli (Israel), Otto Cars (Sweden), Bernard Castan (France), Jean Daniel Chiche (France), Jon Cohen (UK), Peter Collignon (Australia), René Courcol (France), Pierre Dellamonica (France), George Dimopoulos (Greece), Ricardo Durlach (Argentina), Petra Gastemeier (Germany),), Abdul Ghafur (India), Don Goldman (USA), Thomas Gottlieb (Australia), Jennifer Grant (Canada), Susan Huang (USA), Françoise Leblanc-Jouffre (France), Joel Leroy (France), Ling Moi Lin (Singapore), Fernando Luis Lopez Cardozo (Brazil), John McGowan (USA), Jordi Mancebo (Spain), Shahen Mehtar (South Africa), Andrew Morris (USA), Babacar N’Doye (Senegal), Michael Niederman (USA), Gérard Nitenberg (France), Patrice Nordman (France), Steve Opal (USA), Jose Arthur Paiva (Portugal), Pierre Parneix (France), Trish Perl (USA), Didier Pittet (Switzerland), Jean François Pittet (USA), Garyphallia Poulakou (Greece), Céline Pulcini (France), Christain Rabaud (France), Claude Rambaud (France), Josette Raymond (France), Viviana Rodriguez (Argentina), ,Lynora Saxinger (Canada), Benoit Schlemmer (France), Sanjeev Singh (India), Jonathan Theodore (France),Gupta (UK), Cruz Cordero (Brazil), Philip Dellinger (USA), Michel Baussier (France), Xavier Lescure (France), Antoine Andremont (France), Jean-Pierre Hermet (France), Patrick Coloby (France), Dominique Peyramond (France), Jacques Gilquin (France), Andreas Voss (The Netherlands), Jan Kluytmans (The Netherlands), Peter Pronovost (USA), Jean Louis Vincent (Belgium), Ethan Rubinstein (Canada) , Vladimir Rudnov (Russia), Sophie Matheron (France) Remy Gauzit (France), Anny Poursinoff (France), Garance Upham (France), Xiao Yonghong (China), Rafael Canton (Spain), Mathias Pletz (Germany), Manuel Guzman (Venezuela), Gabriel Levy-Hara (Argentina), Jesus Rodriguez-Bano (Spain), Lindsay Grason (Australia), Chistian Chidiac (France), Alain Michel Ceretti (France), Claude Carlet (France), Philippe Thevenot (France), Bruno Housset (France), Pierre Weinbreck (France), Didier Payen de la Garanderie (France), Bruno Marchou (France), François Tremolières (France), Gilbert Mouthon (France), Michel Troadec (France), Olivier Romain (France), Robert Cohen (France), France Cazenave-Roblot (France), Marc Veilly (France), Nicolas Terzi (France), Benoit Guery (France), Dominique Valla (France), Claude Attali (France), Jean Pierre Aubert (France), Philippe Vanhems (France), Cecile Mourlan (France), Catherine Guignabert (France), Catherine Cordonnier (France), Louis Gazagne (France), Jean Brami (France), Bernard Garo (France), Thierry Calandra (Switzerland), Antonio Torres (Spain), Jos van der Meer (The Netherlands), Grant Waterer (Australia) Ibrahim Yusuf ( Nigeria), Emile Zein (Libanon), Sanjay Gupta (UK), Cruz Cordero (Brazil), Philip Dellinger (USA), Xavier Lescure (France), Antoine Andremont (France), Jean-Pierre Hermet (France), Patrick Coloby (France), Dominique Peyramond (France), Jacques Gilquin (France), Ethan Rubinstein (Canada) , Vladimir Rudnov (Russia), Sophie Matheron (France) Remy Gauzit (France), Garance Upham (France), Xiao Yonghong (China), Lindsay Grason (Australia), Claude Carlet (France), Pierre Weinbreck (France), Bruno Marchou (France), Michel Troadec (France), Louis Gazagne (France), Jean Brami (France), Bernard Garo (France), Alain Bousquet-Melou (France), Christian Brun-Buisson (France), Stephane Harbarth (Switzerland), Fabienne Tamion (France), Ian Gould (UK), Romain Carlet (France), Camille Carlet (France), André Cabié (France), Michel Dupont (France), Fernando Baquero (Spain), Serge Alfandari (France), Thierry Mayet (France), Emmanuelle Varon (France), Anne Lotthé (France), Gérard Larroussinie (France), Thierry Lavigne (France), Jean-Paul Mira (France), Françoise Ballereau (France), Marin Kollef (USA), Elisabeth Heisbourg (Austria), Hajo Grundman (The Netherlands), Paul Richman (USA), James Hughes (USA), Tim Walsh (UK), David Vaughan (USA), Pierre-François Laterre (Belgium), Jessica Minion (Canada), Tatiana Galperine (France), Jean-Luc Schmit (France), Marie-Laure Joly-Guillou (France), Jacques Birgé (France), Konrad Reinhart (Germany), Thi Anh Thu Le (Vietnam), Vincent Jarlier (France), Marces Cyrillo (Brazil), James Johnson (USA), Naima Elmdaghri (Maroc), Philippe Eggimann (Switzerland), Donald Craven USA), Agnes Riche (France), Olivier Lehiani (France), Jean-Paul Stahl (France), Alain Lepape (France),Laurent Thiriet (France), Mercedes Palomar Martinez (Spain), Alvaro Villanueva (Spain), Jean Christophe Lucet (France), Jean Yves Madec (France), Lucy Palmer (USA) Eli Perencevich (USA), Bruno Hoen (France), Daniel Floret (France), Pierre Tattevin (France), Bernard Page (France), Olivier Jonquet (France), Anne Savey (France), Fabrice Bruneel (France), Bernard Garo (France), Aidan Hollis (USA), Bertrand Guidet (France), Robert Weinstein (USA), Dominique Jean (France), Benoit Misset (France), Maité Garrouste-Orgeas (France),Hervé Lelouet (France), Jean Luc Mainardi (France), Apostolos Armaganidis (Greece), Thierry May (France), Irène Frachon (France), Bernard Chanfreau (France), Antoine Andremont (France), Fredérique Beuhorry-Sassus (France), Nicolas Terzi (France), Pascal Chavanet (France), Jacques Fabry (France), Franck Mansour-Adeoti (France), Florian Carlet (France), Badreddine Kilani (Tunisia ), Virginie Vitrat (France), Fekri Abroug (Tunisia), Keith Klugman (USA), Claude Martin (France), Marthe Than Lecompte (Switzerland), Stephen Zinner (USA), Joséphine Zoungrana ( Burkina Fasso), Jordi Rello Condomines (Spain), Christelle Miquel (France), François Angoulvant (France), Despoina Koulenti (Greece), Anahi Dreser Mansilla (Mexico ), Antonio Artigas (Spain), Jean Claude Revil (France), Jean Charles Chakarian (France), Adnida Crespin (France), Jacques Vancel (France), Jeffrey Lipman (Australia), Maryvonne Anguill (France), Alain Martinot (France), Alejandra Corso (Argentina) ,Shmuel Benenson (Israel), Corinne Alberti(France) , Pierre-Louis Druais (France), F Bergheau (France), Alexis Tabah (France), Jean Chastre (France)Josette Raymond (France), Laurent Aaron (France), Jean-Philippe Tabut (France), Eleni Giamarellou (Greece), Pierre Dellamonica (France), Dimitrios Matamis (Greece), France Borgey (France), Jean-Patrick Lajonchère (France), François Lacoin (France), Isabelle Hermes (France), Pascal Beuret (France), Martine Aupée (France), Didier Thevenin (France), Marie-Anne Barthelemy (France), Jean-Louis Hunault (France), François Philippart (France), Didier Gaillard (France), François Blot (France), Thierry Lavigne (France), Fred Tenover (USA), Paul Edelstein (USA), Phillip Tarr (USA), Amani Alnirm (   ), Stacey Klutts (USA), Catherine Dumartin (France), Philippe Thevenot (France), George Zhanel (Canada), John Chandy (USA), Sheldon Brown (USA), Scott Weissman (USA), Dimitri Drekonja (USA), Ouahid Barouti (Morocco ), Nathalie Landgraf (France), Sara Soto (France), Georg Peters (Germany), Javier Adachi ( USA ), Michael Kresken ( Germany ), MonIque Rothan-Tondeur (France), Anne-Marie Lavenaire (France), Luis Martinez Martinez (Spain), Anette Hammerum (Denmark), Carl Urban (USA   ), Elisabeth Rossines (France), Vincent Castellan (France), B Marchou (France), Joel Livartowski (France), Jacques Gaillat (France), Ludivine Chalumeau-Lemoine (France), Dan Engelhard (Israel), Francesco Flozaro ( Spain), Robert Wachter (USA), Nadezhda Zubareva (Russia), Luis Bavestrello (Chile), Alexander Friedrich (The Netherlands), Paul Anamtharajah Tambyah (Singapore), Ossama Rassla (Egypt), Li Yang Hsu (Singapore ), Marie-Cecile Ploy (France), Jeanine Wiener-Kronish (USA), John Marshall (Canada), Francisco Lopez Medrano (Spain), William Jarvis (USA), Eui-Chong Kim (South Korea), Xavier Bertrand (France), Marine Giard (France), Helena Ramos (Portugal), Ramanan Laxminarayan ( USA), Henrik Caspar Wegener (Denmark), Nordiah Jalil ( Malaysia), Joseph Hajjar (France), Pascal Pouedras (France), Manuela Caniça (Portugal), Sandra Biscardi (France), Edward Abraham ( USA), Mitsuo Kaku (Japan) Joseph Blondeau (Canada), Sara Cosgrove (USA), Gordon Bernard (USA), Rehab Elsaid (Egypt), Rehab Elsokari (Egypt), Noha Hammad (Egypt), Xiao Honghong (China) F Bergheau (France), Mohamed Salah Abassi ( Tunisia), Deogracias Kaddu-Mulindwa (Uganda), John Marshall (Canada), Marek Gniadkowski (Poland), Waleria Hryniewicz (Poland), Marie-Anne Barthelemy (France), Gabriela Echaniz (Mexico), Bernard Augereau ( France), Antonio Artigas (Spain), Luis Blanch (Spain), Joseph Thurn,(USA), Anne Arnera (France), Celia Alpuche Aranda ( Mexico), Dominique Salmon (France), Francisco Alvarez de Lerma (Spain), Jean-Yves Gauchot (France) ; Massimo Puoti (Italy), Nam Yong Lee (South Korea), Iruka Okeke (USA), Gaetan Gavazzi (France), Evangelos Giamarellos-Bourboulis( Greece), Philippe Montravers (France), Narender Saini (India), Dr VIJAYAKUMAR (India), Karine Romand (France), CarolThompson (USA) Chistopher Farmer (USA), Mitchell Levy (USA),Martin Dünser ( Austria), Haifaa Al-Mousa (Kuwait), Abeer Omar (Kuwait), Seif Al-Abri ( Oman), William Cheadle (USA),, Bernard Regnier (France), Joao Gouveia (Portugal), Ricardo Matos (Portugal), Dr Muruganathan (India), Carol Thompson (USA), Miguel Sanchez Garcia (Spain), Francisco Alvarez Lerma (Spain), EP Dellinger (USA), Manuel Cassiano-Neves (Portugal), Sandra Fournier (France), Julie Gerberding (USA), Alix Greder (France), Dr Finn (USA), John Conly (Canada), Lilian Abbo (USA), Fredecic Collot (France), Lotte Jakobsen (Denmark), Hilde Jansens (Belgium),Aburjania Nana (USA), Oladipo Aboderin (Nigeria), Fernando Gilsanz (Spain), Emilio Maseda (Spain), Cedric Bretonnière (France), William Cheadle ( USA), Enani Mushira (Saudi Arabia), Huda Bukharie ( Saudi Arabia), Charalambos Gogos (Greece), Darcy Marciniuk (Canada), David Looke (Australia), Alexander Wilmer (Belgium), Yannick Malledant (France), Mohan Gurjar (India), Davide Bastoni (Italy), Ibrahim Yacoub-Agha (France),Jan De Waele (Belgium),Thomas Bleck (USA), Frederico Bruzzi de Carvalho (Brazil), Simon Finfer (Australia), Christophe Brard (France), Sundaresan Maiylagan (Mauritius), Pradip Gupta (India), Mohamed Elghonemi (Egypt), Eleni Antoniadou (Greece), Tom Van Der Poll (The Netherlands), Eric Guaguere (France), Marie-Caude Saux (France), J Fernandez (Spain), Jose Miro (Spain), Patrick Plésiat (France), Rabiatu Umar (Nigeria), Greg Barton (UK), Mark Gilchrist (UK), Marie Matthews (UK), Dufour-Pierrat (France), Joy Mootien (France), Jose Mario Meira Teles (Brazil), Reinaldo Salomao (Brazil), Florence Gordon (France), Eric Oziol (France), Thierry Mayet (France), Frédérique Lemanach-Kergueris (France), Gwenaelle Gueroult-Locher (France), Albert Mifsud (UK), Matthew Peters (Australia), Peter Wark (Australia), Rui Moreno (Portugal), Magolia Mikaszewska-Sokolewicz (Poland), Christophe Buhot (France), Jan Vaarten (), Shanmugan Puvanendiram (Sri Lanca), Hervé Blanchard (France), Xavier Forceville (France), Cyrille Nowak (France), David Lupande (RdCongo), Oliver Dyar (UK), Van Der Mee-Marquet Nathalie (France), Guillaume Arlet (France), Anita Harel (France), Matjaz Jereb (Slovenia), Ling Moi Ling (Singapore), Janet Schoemaker (USA), Pedro Maria Olaechea (Spain), Antonio Santos Bouza (Spain), Jordi Solé Violan (Spain), Assumpta Novira (Spain), Carlos Ortiz Leyba (Spain), Annabelle Stoclin (France), Enrique Maravi (Spain), Antonio Albaya Moreno (Spain), Assumpta Rovira (Spain), Carlos Ortiz Leyba (Spain), Robert Chausset (France), Bauke Oudega (The Netherlands), Wafaa Mowafy ( Egypt), Dietmar Schneider (Germany), Jean François Rousselot (France), Remi Varin (France), Jean-Yves Gaudrot (France), Pierre-Eric Danin(france), Catherine Bruant-Rodier (France), Jean Delmont (France), Michael Quintel (Germany), Elke Muhl (Germany), Rosana Richmann (Brasil), Katrin Fjeldsted (Israel), Birgit Beger ( ), Jacinthe Foegle (France), Christian Michelet (France), Fethi Bensalem (France), Pascal Chavanet (France), Regina Hanke (Germany),Natalia Chueca (spain), Frederic Auber (France), Claire Sicluna (France), Muriel Afelin (France), Anne Fabregue (France), Janine Guaguere (France), on behalf of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance)

 

Sociétés savantes soutenant la déclaration de Paris

The Infectious Diseases Society of America (IDSA) (John Billington,David Relman)

American Society of Microbiology (ASM) (Janet Schoemaker)

European Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (ESCMID) (Gunnar Kahlmeter, Murat Akova)

American Thoracic Society (ATS)(Dr Finn, Steve Crane)

American College of Chest Physicians (ACCP)(Darcy Marciniuk)

Society of Critical Care Medicine (SCCM)(Carol Thompson)

International Society of Infectious diseases (ISID)(Jon Cohen, Keith Klugman)

International society of Chemotherapy (Ian Gould)

Pan American Society of Infectious Diseases (Luis Bavestrello)

European Society of Intensive Care Medicine (ESICM)( Jean Daniel Chiche)

European Federation of orthopedy and traumatology (Manuel Cassiano-Neves)

British Society of Antimicrobial Chemotherapy (Nicholas Brown, Laura Piddock)

Société Libanaise de Médecine Interne (SLMI)( Emile Zein)

Association Tunisienne de Réanimation (ATR) (Fekri Abroug)

Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse (STPI)

Sociedale Paulista de Infectiologia-Brazil (Rosana Richman)

Société Belge de Microbiologie Clinique (BVIKM/SBIMC)(Camelia Rossi)

Société Marocaine de Maladies Infectieuses (SMMI),

Australasian Society for Infectious Diseases (ASID), (David Looke)

Australian Society for Antimicrobials (ASA)(Thomas Gottlieb),

Hellenic Society of Intensive Care (Antonios Mavrommatis)

Israel Society for Infectious Diseases,

Brazilian Society of Infectiology,

Sociedad Española de Medecina Intensiva ,Critica y Unidades Coronarias (SEMICYUC) ( Luis Blanch, Miguel Sanchez Garcia, Francisco Alvarez Lerma)

Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiologia Clinic (SEIMC)(Jose M Miro),

Sociedad Española de Enfermedades Respiratorias (SEPAR )(Pilar de Lucas)

Hellenic Society of Antimicrobial Chemotherapy (Helen Giamarellou)

Italian Society of Anesthesiology, Analgesia and Intensive Care Medicine (SIAARTI)(Massimo Antonelli)

Société Marocaine d’Hygiène Hospitalière (Ouahid Barouti)

Paul-Ehrlich-Gesellschaft für Chemotherapie e.V.(Paul-Ehrlich-Society for Chemotherapy (Achim Horauf)

Sociedad Andaluza de Enfermedades Infecciosas (SAEI)( Andalusian Infectious Diseases Society)( Jesus Gomes Mateos)

Egyptian Society for Infection Control « ESIC »( APIC/Egypt Chapter)( Ossama Rassla)

Korean Society of Clinical Microbiology ( Nam Yong Lee)

Portuguese Society of Infectious  Diseases and Clinical Microbiology (Helena Ramos)

Portuguese society of intensive care (Joao Gouveia, Ricardo Matos)

Ho Chi Minh city Infection Control Society ( Thi Anh Thu Le)

 

The Mexican Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (AMIMC)( Celia Alpuche Aranada)

Indian Medical Association (Dr Saini, Dr Vijayakoumar)

Association of physicians of India (Dr Muruganathan)

Belgium Infection control society (BICS) (Hilde Jansens)

Société Française de Médecine Générale (SFMG) (Pascale Arnould)

Société Française de Chirurgie Orthopédique et traumatologique (Bernard Augereau)

Association Française de Chirurgie (Jean Pierre Arnaud)

Association Française d’Urologie (AFU) (Patrick Coloby)

Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF)(Christian Rabaud)

Société Française de Microbiologie (SFM),( René Courcol)

Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H) (Philippe Berthelot)

Société Française de Santé Publique (SFSP) (Pierre Lombrail)

Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) (Djillali Annane)

Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR)( Dan Benhamou)

Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) (Alain Didier)

Fédération Française de Pneumologie (Bruno Housset)

Société Française de Greffe de Moelle (SFGM)( Ibrahim Yacoub)

Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)( Geneviève Ruault)

Société Française de Médicine Interne (SFMI)( Loic Guillevin)

Société Française de Dermatologie (SFD)( Olivier Chosidow)

Association vétérinaire équine française (AVEF)(Jean-Yves Gauchot)

Society of Infectious diseases Singapore ( Paul Anantharaja Tambyah)

Spanish society of anesthesiology and critical care (Fernando Gilsanz, Emilio Maseda)

Surgical Infection Society (SIS) (William Cheadle)

Lebanese Association for Medical Diagnosis and Auto-Immune Diseases(Lambda) (Georges Khalil)

Saudi Society of Medical Microbiology and Infectious Diseases (Huda Bukharie)

Belgian Society of Intensive Care Medicine (SIZ)(Alexander Wilmer)

Société Nationale des Groupements Techniques Veterinaires (SNGTV) (Christophe Brard)

Association Française Vétérinaire des Animaux de Compagnie (Eric Guaguere)

Société Française de Pharmacie Clinique (SFPC)(Marie-Claude Saux, Remi Varin)

Spanish Society of Infectious Diseases and Clinical Microbiology (José Miro, Rafael Canton)

United Kingdom Clinical Pharmacy Association (UKCPA )( Mark Gilchrist, Marie Matthews)

Associação de Medicina Intensiva Brasileira (AMIB)( Jose Mario Meira Teles)

Instituto Latino-Americano de Sepsis (ILAS)( Reinaldo Salomao)

Thoracic Society of Australia and New Zeland ( Matthew Peters, Peter Wark)

British Infection Association (Albert Mifsud)

Polish Society of Anesthesiology and Intensive Care ( Magolia Mikaszewska-Sokolewicz)

Federation Vétérinaire Européenne (FVE) ( Christophe Buhot, Jan Vaarten)

Slovenian Society of Intensive Medicine ( SZIM) (Matjaz Jereb)

Asia Pacific Society of Infection Control (APSIC) (Ling Moi Lin)

Infection Control Association of Singapore (ICAS) (Ling Moi Lin)

Federation of European Microbiological Societies (Bauke Oudega)

German Interdisciplinary Association of Intensive and Emergency Medicine (Dietmar Schneider, Michael Quintel, Elke Muhl)

Association Française des Vétérinaires d’animaux de compagnie ( Jean-François Rousselot)

Société de Pathologie Exotique (Jean Delmont)

Standing committee of European Doctors (Katrin Fjeldsted, Birgit Beger)

 

Other groups or associations

 

Association Le LIEN (Madeleine Madoré)

Association Le CISS (Claude Rambaud)

Fédération des Spécialités Médicales (FSM),

Association pour la chimiothérapie anti-infectieuse (ACAI),

Observatoire National d’épidémiologie de la Resistance Bactérienne aux antibiotiques(ONERBA)(Marie-Helène Nicolas-Chanoine)

Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE)(Pierre louis Druais)

Collège national de médecine générale (CNMG),

Fédération Française de pneumologie (FFP) (Bruno Housset)

Groupe de Pathologie Infectieuse en Pédiatrie (GPIP)( Robert Cohen)

Collège des Enseignants de Maladies Infectieuses (CMIT),(Christian Michelet)

Fédération Française d’Infectiologie (FFI),(Christian Perrone)

Institut Maurice Rapin (IMR),(Christian Brun-Buisson)

Medqual (F. Ballereau),

Antibiolor (C Rabaud),

Observatoire du Risque Infectieux en Gériatrie (ORIG),

Réseaux de surveillance des antibiotiques et des bactéries multi-résistantes du Sud Est,

Le Forum des bio-hygiénistes,

Arab Alliance for a prudent use of antimicrobials (Ar-Apua),(Fatma Amer)

Association Phagespoir (Jérome Larché)

Programme National de lutte contre l’infection nosocomiale (PRONALIN, Senegal),

Réseau International pour la Planification et l’Amélioration de la Qualité, et de la Sécurité dans Services de Santé en Afrique (RIPAQS)(Bernard Chanfreau)

Infection Prevention and Control African Network (IPCAN), (Shaheen Mehtar)

Portuguese Intersectorial Alliance for the Preservation of the Antibiotics(APAPA) (Jose Arthur Paiva)

Association des médecins coordonnateurs en EHPAD,

Association de Lutte contre les Infections Associées aux Soins (ALIAS),

Ligue Africaine des Associations pour la Sécurité des patients (LIASEP),

ESGAP working group (ESCMID)(Jordi Rello)

Association des victimes d’infection nosocomiale (ADVIN),

Comité de pilotage des réseaux de surveillance ATB et BMR Sud EST.

Hellenic Sepsis Study Group (Evangelos Giamarellos-Bourboulis)

Institut de recherche en médecine générale (IRMG)

The Canadian Antimicrobial Resistance Alliance(CARA )

The Gulf Cooperation council (GCC)(Hanan Balkhy)
Center for infection control and the APIC-Saudi chapter. (Hanan Balkhy)

Global Sepsis Aliiance (Konrad Reinhart)

The Eastern Mediterranean Regional Network for Infection Control « EMRNIC »(Ossama Rassla)

 

Egyptian Patient Safety Association « EPSA » (Ossama Rassla) .

Groupo de infecçao e sepsis (José Arthur Paiva)

CCLIN Ouest (Maryse Aupée)

International Forum for Acute Care Trialists (InFACT) (John Marshal)

Infection Control Directorate (Ministry of Health-Kuwait)

National Committee for the proper use of antimicrobials (Ministry of Health-Kuwait).

Joseph Christopher Farmer)

Austrian Antibiotic Stewardship Group (Elisabeth Heisbourg)

Doctors without borders/médecins sans frontières (Arlène Chua, Richard Murphy)

Antimicrobial Stewardship Working Group of the International Society of Chemotherapy (ISC) (Gabriel Levy Hara)

Hellenic Sepsis Study Group ( Gogos Charalambos and Evangelos Giamarelos-Bourboulis)

International Sepsis Forum (Tom Van Der Poll)

Centre National de Référence de la Résistance aux Antibiotiques (Patrick Plésiat)

Groupe Hospitalier Diaconesses Croix St Simon (Anne Fabregue)

 

Sources :

http://www.waaar.org/

http://biohygieniste.leforum.eu/portal.php#A%20LA%20UNE

Article officiel:

https://docs.google.com/file/d/0BwnwRx4DEFCEXzFhQ0NTek1RdWM/edit

 

Premier rapport de l’OMS sur la menace mondiale des résistances aux antibiotiques.

9789241564748_eng-45678c5Très rapidement,

Ce document était publié depuis quelques temps sur la page A LA UNE du Forum, mais celle-ci évoluant vite il devenait important de publier un court article pour un accès à ce rapport et avant qu’il ne disparaisse de LA UNE du forum en raison des nouvelles actualités.

Vous trouverez ci-joint Le rapport de l’OMS en question en anglais et en français « WHO’s first global report on antibiotic resistance reveals serious, worldwide threat to public health »

 

 

 

 

 

 

 

– En anglais:

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2014/amr-report/en/

– En français:

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2014/amr-report/fr/

 

 

 

 

 

Déclaration de guerre, contre la résistance aux antibiotiques par la World Alliance Against Antibiotic Resistance

Le docteur Carlet a publié tout récemment « The PARIS declaration of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance).

C’est donc dans son intégralité, que nous publions cette déclaration afin de soutenir cette association dans son effort titanesque afin de proposer des axes majeurs de réflexion pour faire face aux échecs de la « médecine antibiotique » d’aujourd’hui.

Pour information: La liste des membres de la World Alliance Against Antibiotic Resistance présente dans la publication ci-dessous n’est pas exhaustive celle-ci évoluant chaque jour.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

The PARIS declaration of WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance).

Jean Carlet, Viviana Rodriguez, Gérard Bapt, Benoit Schlemmer, Gérard Nitenberg, Joel Leroy, Patrice Nordman, Jean François Pittet, Amani Alnimr, Jennifer Grant, Yvon Barlavie, Andrew Morris, Grant Waterer,  Antonio Torres, Jordi Mancebo, John McGowan, Sanjeev Singh, Jon Cohen, Jonathan Theodore, Yvana Balter, Pierre Parneix, Josette Raymond, Steve Opal, Michael Niederman, Thomas Gottlieb, George Dimopoulos, Garyphallia Poulakou, Abdul Ghafur, Ricardo Durlach, Jose Arthur Paiva, Massimo Antonelli,  Otto Cars, Petra Gastemeier,Bernard Castan, Jos van der Meer, Jean Daniel Chiche, Lynora Saxinger, Trish Perl, Fatma Amer, Yehuda Carmelli, Fernando Luis Lopez Cardozo, Pierre Dellamonica, Françoise Leblanc-Jouffre, Jacques Acar, Didier Pittet, Susan Huang, Ibrahim Yusuf, Emile Zein, Ling Moi Lin, Shahen Mehtar, Babacar N’Doye, Peter Collignon, Claude Rambaud, Céline Pulcini, Christain Rabaud, Philippe Berthelot, René Courcol, Don Goldman, Sanjay Gupta, Cruz Cordero, Philip Dellinger, Michel Baussier, Xavier Lescure, Antoine Andremont, Jean-Pierre Hermet, Patrick, Coloby, Dominique Peyramond, Jacques Gilquin, Andreas Voss, Jan Kluytmans, Peter Pronovost, Jean Louis Vincent, Ethan Rubinstein, Vladimir Rudnov, Sophie Matheron, Remy Gauzit, Anny Poursinoff, Garance Upham, Xiao Yonghong, Rafael Canton, Mathias Pletz, Manuel Guzman, Gabriel Levy-Hara, Jesus Rodriguez-Bano, Lindsay Grason,  Andrew Morris, Chistian Chidiac, Alain Michel Ceretti, Claude Carlet, Philippe Thevenot, Bruno Housset, Pierre Weinbreck, Didier Payen de la Garanderie, Bruno Marchou, François Tremolières, Gilbert Mouthon, Michel Troadec, Olivier Romain, Robert Cohen, France Cazenave-Roblot, Marc Veilly, Nicholas Terzi, Benoit Guery, Dominique Valla, Claude Attali, Jean Pierre Aubert, Philippe Vanheims, Cecile Mourlan, Catherine Guignabert, Catherine Cordonnier, Louis Gazagne, Jean Brami, Bernard Garo, Alain Bousquet-Melou, Christian Brun-Buisson, Thierry Calandra, Stephane Harbarth, Fabienne Tamion, Ian Gould, Romain Carlet, Camille Carlet, André Cabié, Michel Dupont, Fernando Baquero, Serge Alfandari, Thierry Mayet, Emmanuelle Varon, Anne Lotthé, Gérard Larroussinie, Thierry Lavigne, Jean-Paul Mira, Françoise Ballereau, Marin Kollef, Elisabeth Heisbourg, Hajo Grundman, Paul Richman, James Hughes, Tim Walsh, David Vaughan, Pierre-François Laterre, Jessica Minion, Tatiana Galperine, Jean-Luc Schmit, Marie-Laure Joly-Guillou, Jacques Birgé, Konrad Reinhart, Thi Anh Thu Le, Vincent Jarlier, Marces Cyrillo, James Johnson, Naima Elmdaghri, Philippe Eggimann, Donald Craven, Agnes Riche, Olivier Lehiani, Jea-Paul Stahl, Alain Lepape,Laurent Thiriet, Mercedes Palomar, Alvaro Villanueva, Jean Christophe Lucet, Jean Yves Madec, Lucy Palmer, Eli Perencevich, Bruno Hoen, Daniel Floret, Pierre Tattevin, Bernard Page, Olivier Jonquet, Anne savey, Fabrice Bruneel, Bernard Garo, Aidan Hollis, Bertrand Guidet, Robert Weinstein, Dominique Jean, Benoit Misset, Maité Garrouste-Orgeas,Hervé Lelouet, Jean Luc Mainardi, Apostolos Armaganidis, Thierry May, Irène Frachon, Bernard Chanfreau, Antoine Andremont, Fredérique Benhourry, Nicolas Terzi, Pascal Chavanet, Jacques Fabry, Franck Mansour-Adeoti, Florian Carlet, Badreddine Kilani, Virginie Vitrat, Fekri Abroug, Keith Klugman, Claude Martin, Marthe Than Lecompte, Stephen Zinner, Joséphine  Zoungrana, Jordi Rello Condomines, Christelle Miquel on behalf of the WAAAR (World Alliance Against Antibiotic Resistance)

Supporting medical societies

International Society of Infectious diseases (ISID), -Société Française de Médecine Générale (SFMG), Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), Société Française de Microbiologie (SFM), Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H), Société Française de Santé Publique (SFSP), Société de Réanimation de Langue Française (SRLF), Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR), Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF), Société Libanaise de Médecine Interne (SLMI), Société Française de Greffe de Moelle (SFGM), Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), Association Tunisienne de Réanimation (ATR), Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse (STPI), Sociedale Paulista de Infectiologia-Brazil, Société Belge de Microbiologie Clinique (BVIKM/SBIMC), Société Marocaine de Maladies Infectieuses (SMMI), Société Française de Dermatologie (SFD), Australasian Society for Infectious Diseases (ASID), Australian Society for Antimicrobials (ASA), Austrian Antibiotic Stewardship Group, Hellenic Society of Intensive Care, Société Française de Médicine Interne (SFMI), European Society of Intensive Care Medicine (ESICM), Israel Society for Infectious Diseases, Brazilian Society of Infectiology, Sociedad Española de Medecina Intensiva , Critica y Unidades Coronarias Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiologia Clinic, Sociedad Española de Enfermedades Respiratorias ( SEPAR )

« The Infectious Diseases Society of America (IDSA) supports the principles contained in the World Alliance Against Antibiotic Resistance’s (WAAR) 2012 statement published in Antimicrobial Resistance and Infection Control »

Other groups or associations

– Association Le LIEN, Association Le CISS, Fédération des Spécialités Médicales (FSM), Association pour la chimiothérapie anti-infectieuse (ACAI),Observatoire National d’épidémiologie de la Resistance Bactérienne aux antibiotiques (ONERBA),Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE), Collège national de médecine générale (CNMG), Fédération Française de pneumologie (FFP), Groupe de Pathologie Infectieuse en Pédiatrie (GPIP), Collège des Enseignants de Maladies Infectieuses (CEMIT), Fédération Française d’Infectiologie (FFI), Collège National de Pathologie Infectieuse (CNPI), Institut Maurice Rapin (IMR), Medqual (F. Ballereau), Antibiolor (C Rabaud), Observatoire du Risque Infectieux en Gériatrie (ORIG, Réseaux de surveillance des antibiotiques et des bactéries multi-résistantes du Sud Est), Le Forum des bio-hygiénistes, Arab Alliance for a prudent use of antimicrobials (Ar-Apua), Association Phagespoir, Programme National de lutte contre l’infection nosocomiale (PRONALIN, Senegal), Réseau International pour la Planification et l’Amélioration de la Qualité, et de la Sécurité dans Services de Santé en Afrique (RIPAQS), Infection Prevention and Control African Network (IPCAN), Association des médecins coordonnateurs en EHPAD, Association de Lutte contre les Infections Associées aux Soins (ALIAS), Ligue Africaine des Associations pour la Sécurité des patients (LIASEP), Portuguese alliance for the preservation of the antibiotic, ESGAP working group ( ESCMID), Association des victimes d’infection nosocomiale (ADVIN), Comité de pilotage des réseaux de surveillance ATB et BMR Sud EST. Hellenic Sepsis Study Group.

After saving countless lives, antibiotics are in danger of losing their effectiveness. The reasons are an alarming increase in bacterial resistance combined with an almost complete absence of new drugs in the antibiotic pipeline. Treatment failures are already occurring in patients with community acquired infections whose only unusual feature is causation by multidrug-resistant (MDR) bacteria. Hospital acquired infections are often due to multi-resistant bacteria, some of which are resistant to all available antibiotics. These failures will become increasingly common, some representing life-threatening situations. In addition, risks will increase sharply in patients who require procedures associated with high risks of infections if antibiotics are ineffective (e.g., major abdominal surgery, organ transplantation, and immunosuppressive treatments).

Antibiotics are unique medications in that their targets (bacteria) are living organisms capable of adapting by developing or acquiring mechanisms that confer resistance to antibiotics (e.g., mutations and the acquisition of resistance-gene vehicles). Despite this feature, which is shared by no other medication, antibiotic prescription is viewed as a trivial act, both in humans and in animals. Worldwide the volumes of antibiotics used in people, animals, aquaculture and even horticulture are huge, and in most countries continueto rise. The risk for the environment is paramount.

Clearly, there is a pressing need to protect the effectiveness of antibiotics (and of anti-infectious medications in general) via proactive strategies similar to those used to save endangered species, in keeping with the concept of sustainable development. Antibiotic drugs deserve to be put on the UNESCO list of intangible cultural heritage. Antibiotics are unique medications and must be prescribed only with good reason and when they will be effective. Each prescription should be thought through carefully, and the short-term benefits to the patient (which obviously deserve priority in the event of a bacterial infection) should be weighed against two categories of deleterious effects: short-term adverse effects on the patient – such as manifestations of intolerance or allergies, which are unacceptable if the antibiotic is not indispensable – and the negative medium-term effects on bacterial ecology, with the selection of MDR organisms. Selected MDR organisms subsequently cause infections in the community, of which that same patient is a member. The objective of achieving rational antibiotic prescribing practices requires an orchestrated effort by both the healthcare system users and the prescribers. Other strategies should be implemented concomitantly, such as campaigns to promote immunizations known to exert antibiotic-sparing effects (e.g., against influenza, measles, and pneumococcal disease…).

WAAAR is a cross-sectional action plan designed by a large  group of professionals and by the patient-support group of consumers to deal with the current emergency. This plan involves healthcare providers (in hospitals and private practice), veterinary medicine professionals, and environmental specialists. It is of immediate significance for current and future users of the healthcare system, as well as for all of us in the general population.

WAAAR is a group of about 510 individuals coming from 43 different countries representing all the key stakeholders ( MDs, Veterinarians, pharmacists…) including healthcare system users (LIEN, CISS, Patients for Patient Safety [WHO], and the Association for the defense of Victims of Nosocomial Infections [ADVIN] in Quebec). The Alliance receives support from 60 learned societies or professional groups in France and throughout the world. It is a nonprofit organization (French law of 1901) open to professionals and users worldwide. WAAAR has no conflict of interest, and does not receive resources from the industry.

SAFEGUARDING ANTIBIOTICS requires an orchestrated effort carried out jointly by healthcare system users and prescribers (in the broad sense of the term). Therefore, WAAAR has chosen as its primary objective to raise awareness among all stakeholders of the urgency and magnitude of the threat. The Alliance must lobby actively for antibiotics preservation beyond the circle of insiders in order to raise awareness among policy-makers, international health organizations, and the entire population. Such are the purposes of the Paris WAAAR declaration against antibiotic resistance.

The Alliance advocates a number of immediate measures:

  • A much more cautious and controlled approach to the use of antibiotics, in all areas (Antibiotic safety).
  • Relentless efforts to prevent cross-transmission of MDR organisms both in hospitals and in private practice.
  • Expansion of basic and applied research efforts in human and veterinary medicine.
  •  Development of new antibiotics.
  • Development of antibiotics or treatment strategies for veterinary medicine that have the smallest possible ecological impact (antibiotic safety).
  • Development of new vaccines.
  • Widespread  use of diagnostic tests, aiming to limitprescription of antibiotics to proven bacterial infections.
  • Ban of broad spectrum antibiotic (prophylaxis) use without an attempt to diagnose the cause of the infection, or the targeted micro-organisms (meta-phylaxis, surgery…).
  • Increased surveillance of antibiotic resistance and use, with regular feedback to healthcare professionals and public.
  • Education and training programs for healthcare professionals and consumers

The WAAAR declaration will be launched with the following methodology. A multidisciplinary international scientific committee will be set up, in order to define priorities. The first step of the process will be a meeting organized during the annual congress of the European Society of Intensive Care Medicine (ESICM), in Paris, in October 2013. Next an evidence based assessment of the literature will be made, and communication will be established between members of Waaar, representatives of all the large international and national medical societies, including the animal world, and environment specialists, by way of a Delphi system (step two). The third step will be the organization of a large one or two day- meeting, before or after the ESCMID meeting, in Barcelona, in May 2014. During this meeting, open to all stakeholders, the prepared document will be discussed by a few working groups, and a final session will come-up with the semi final document. This document will be sent to all people and societies participating in the Waaar declaration, and to all other  stakeholders, including politicians, international agencies like ECDC, OIE, European commission, European Parliament, CDC, FDA, and various agencies and structures in the countries involved in the Waaar declaration, for their approval and support. The final document will be launched during a press conference organized in September 2014.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour plus d’informations:

Le site officiel de WAAAR:  http://www.waaar.org/

La montée inexorable de la résistance aux antibiotiques, une aubaine pour la phagothérapie ?

source: http://www.sciencephoto.com/media/249795/viewL’arrivée progressive des bactéries hautement résistantes confirme qu’il faudrait mettre en place des mesures quasi-militaires pour enrayer le phénomène d’évolution des résistances aux antibiotiques.

Le contrôle des rapatriements sanitaires n’ont qu’une fonctionnalité toute relative. Et les hôpitaux sont forcément tenus d’accueillir tout patient quel qu’il soit, bien qu’il ne soit pas rare que des choix médicaux « borderlines » soient soutenus localement pour éviter d’entrer dans des mesures de précautions généralisées avec des sectorisations de services et du personnel couteuses et presque insupportables dans des établissements déjà en mauvaise santé financière.

De grands choix mondiaux devraient être pris rapidement afin de freiner coûte que coûte cette montée diffusion des bactéries multi-résistantes.

Si le contrôle de la diffusion des Staphylocoques dorés résistants à la méthyciline semble se confirmer grâce à la généralisation des solutions hydro-alcooliques,  la guerre s’enlise complètement face aux bactéries productrices d’une béta-lactamase à spectre étendu (ou élargie).  L’arrivée récente des bactéries hautement résistantes confirme cet enlisement au travers d’une politique d’utilisation des antibiotiques complètement insatisfaisante.

Microsoft Word - 185.doc

Le grand challenge pour l’industrie de l’antibiotique est d’accepter une modération de l’utilisation de leurs produits. En effet si la médecine humaine est la première a être mise en cause dans la montée de ces résistances, la médecine vétérinaire elle aussi devrait revoir sa copie et au delà même toute la filière agricole.

L’industrie de l’antibiotique n’est plus en mesure d’apporter en temps et en heure les nouvelles molécules qui seraient capables de reprendre le contrôle de ces nouvelles souches bactériennes multi-résistantes. Chaque entreprise productrice d’antibiotiques devra développer de nouvelles technologies capables de remplacer les antibiotiques si elle souhaite rester compétitive face à un phénomène naturel. Ne serait ce pas un projet simple de développement durable ?

Les conflits d’intérêts sont enfin pris en compte dans les rapports d’enquêtes et dans chaque document scientifique afin de mieux percevoir les tenants et aboutissants de chacun des participants.

Comme dans toute bataille, il faut diversifier les armes … et la phagothérapie commence seulement a être acceptée de certains scientifiques comme hypothétique candidat.

La phagothérapie est une méthode scientifique de destruction des bactéries par l’utilisation de virus « bactériophages » dirigés spécifiquement contre ses bactéries. La méthode a été peut soutenue jusqu’alors car peut d’investisseurs ne souhaitaient s’y pencher eu égard à l’essor économique important et sûr des antibiotiques.

Les équipes scientifiques les plus performantes sur ce sujet travaillent « actuellement en Europe de l’Est (à Tbilissi en Géorgie et à Wroclaw en Pologne) car, à la différence des Etats-Unis et de l’Europe occidentale, les bactériophages ont continué à être utilisés après la découverte des antibiotiques » lit on sur phagespoirs.unblog.fr .

Il ne reste plus qu’à financer et cadrer le périmètre des études scientifiques nécessaires à la validation d’une telle méthode avant les tous premiers essais cliniques à grande échelle dans nos hôpitaux tout en respectant les brevets des chercheurs de l’est … Ce que l’occident peine scandaleusement à faire pour des raisons surtout financières …

source entête image: http://www.sciencephoto.com/media/249795/view

source graphique:  Impact de l’augmentation de l’incidence des entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (EBLSE) sur l’application des précautions complémentaires dans un centre hospitalier universitaire (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0369811412000958)

Tuberculose: vers un nouveau vaccin ?

La Tuberculose est la 2e cause de mortalité parmi les maladies infectieuses après le SIDA. Elle tue une personne dans le monde toutes les 20 secondes dont 200 enfants par jour. 10% des personnes contaminées par le bacille de Koch (Mycobacterium tuberculosis) développe la maladie. En 2010, elle a tué 1,4 million de personnes, dont l’immense majorité résidait dans un pays pauvre.

On observe que le nombre de co-infections tuberculose / HIV reste élevé. Cette co-infection est responsable de 13% des décès de personnes atteintes du SIDA.

Enfin le nombre de souches de Mycobacterium tuberculosis résistantes aux antibiotiques est potentiellement en croissance constante et fait l’objet d’une surveillance draconienne. 450 000 nouveaux cas de tuberculoses résistantes sont recensés chaque année et on distingue, dors et déjà 2 types de tuberculoses ultra-résistantes. La tuberculose-MR, est une forme résistante au moins à l’isoniazide et la rifampicine, les deux médicaments anti-tuberculeux les plus puissants. La tuberculose-UR est une TB qui est résistante à n’importe quel fluoroquinolone, et au moins un des trois médicaments injectables de deuxième-ligne (capreomycine, kanamycine, et l’amikacine), en plus de la tuberculose-MR.

Chaque cas de tuberculose résistante, oblige, lorsque c’est possible, à recourir à un traitement de « seconde ligne ». Des médicaments moins efficaces, entraînant de graves effets secondaires, qui nécessitent d’être administrés pendant près de deux ans et coûtent près de 10 000 euros par personne dans les pays en développement (tarifs négociés par les ONG), alors que le coût du traitement d’une tuberculose simple n’excède pas 15 euros.

Si le vaccin classique BCG (Bacille de Calmette et Guérin) préparé à partir d’une souche atténuée de bacille tuberculeux bovin (Mycobacterium bovis) est efficace pour protéger les enfants il l’est beaucoup moins pour les adultes d’après l’Institut Pasteur. « L’efficacité du vaccin BCG est estimée entre 75 et 85% pour les formes graves du nourrisson et du jeune enfant, notamment méningite et tuberculose disséminée », selon le ministère de la Santé. Le niveau de protection assuré par le BCG descend entre 50% et 75% pour la tuberculose de l’adulte et est insuffisant pour empêcher la transmission de la maladie et d’enrayer l’épidémie mondiale.

Des chercheurs de l’Unité de régulation immunitaire et vaccinologie (Institut Pasteur/Inserm) ont réussi à modifier le génome du bacille responsable de la tuberculose pour en obtenir « une souche non virulente chez la souris », selon un communiqué commun de Pasteur et de l’Inserm.

Ces équipes coordonnées par le Dr Laleh Majlessi et le Pr Claude Leclerc ont pu établir que « les souris immunisées par la souche atténuée sont protégées très efficacement contre l’infection par Mycobacterium tuberculosis« .

Cette souche mutée provoque « une réaction immunitaire plus forte que le vaccin BCG chez la souris ».

C’est donc avec un grand espoir que ce vaccin est en voie de développement.

Pour autant notons que les thérapies curatives eux aussi tentent d’évoluer afin de faire face aux résistances. En effet, une étude co-financée par la National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID-NIH) a été présentée le 26 mars 2012 lors de la réunion annuelle de l’American Chemical Society et met en avant l’espoir porté par une combinaison de 2 médicaments déjà disponibles pour le traitement de la tuberculose (TB). Ainsi, le méropénème et le clavulanate, tous deux combinés parviennent non pas à « ralentir la croissance mais parvient à tuer la bactérie en laboratoire » explique le Pr Blanchard, professeur de biochimie à l’Ecole de Médecine Albert Einstein de l’Université Yeshiva de New York.

C’est en étudiant la beta-lactamase de Mycobacterium tuberculosis, que cette équipe a trouvé l’idée de la combinaison. Le Clavulanate (Acide Clavulanique) permet ainsi d’inhiber l’enzyme produite par Mycobacterium tuberculosis afin de protéger l’action du méropénème.

Dépêche AFP:

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ibRZGyfMDiQjbUkidklka7K95-Iw?docId=CNG.a3e7fc4ee748727fee33617a43df3bed.31

Autres sources:

Two drugs already on the market show promise against tuberculosis March 26, 2012

 http://www.santelog.com/news/allergies-pneumologie/tuberculose-une-bitherapie-efficace-contre-les-resistances_7950_lirelasuite.htm

Articles récents sur la tuberculose:

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/la-tuberculose-tue-une-personne-toutes-les-20-secondes-23-03-2012-1444308_57.php

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/24/la-tuberculose-de-plus-en-plus-resistante_1675109_3244.html

Autres sources scientifique:

Foire aux questions sur la tuberculose ultra-résistante:  http://www.who.int/tb/challenges/xdr/faqs/fr/index.html

Plan national d’alerte sur les antibiotiques 2011-2016 Résumé

Préambule :

Dans les années 2000 la France était le pays européen le plus consommateur d’antibiotiques, 100 millions de prescriptions par an dont 80% en ville.

La résistance aux antibiotiques chez certaines espèces bactériennes, notamment chez les entérobactéries, a augmenté :

–          La résitance aux céphalosporines de 3e génération (C3G) chez Escherichia coli est en augmentation depuis 2005 (7% 2009vs 1% en 2005).

–          Il en est de même chez Klebsiella pneumoniae (17.8% en 2010 vs 4% en 2005)

De nouvelles résistances bactériennes ont émergé :

–          entérobactéries productrices de carbapenèmase (1 à 3 épisodes en 2004, 27 dans le premier semestre 2011)

–          Acinetobacter baumanii résistant à l’imipenème (22 signalements en 2004, 79 en 2010)

La question de l’utilisation massive d’antibiotiques et ces conséquences induites ont été prises en compte au niveau européen en novembre 2001 avec l’adoption de la recommandation 2002/77/CE du Conseil Européen, relative à l’utilisation prudente des agents microbiens en médecine humaine. Les états membres ont été invités à mettre en place une stratégie de surveillance,  une prescription  obligatoire de tous les antibiotiques, de bonnes pratiques en hygiène hospitalière et en vaccination.

L’European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont récemment inclus la résistance bactérienne dans leurs priorités.

Dans ce contexte le plan national d’alerte sur les antibiotiques 2011-2016 est le 3e plan  en France. Celui-ci prend en compte une dimension européenne et internationale, ainsi que la territorialisation coordonnée par les Agences Régionales de Santé (ARS)

Le plan vise une stratégie de juste utilisation des antibiotiques : pour une meilleure qualité de prise en charge des patients, une diminution des prescriptions et des consommations d’antibiotiques, un allègement de la pression de sélection et un moindre développement des résistances bactériennes aux antibiotiques.

 Cette stratégie s’articule autour de 3 axes stratégiques et se décline en 8 mesures et 21 actions.

–          axe I :             améliorer l’efficacité de la prise en charge des patients

–          axe II :            préserver l’efficacité des antibiotiques

–          axe III :          promouvoir la recherche

Pour chaque action sont définis : l’objectif opérationnel, le contexte, la description de l’action, les pilotes et partenaires de l’action les liens avec les autres plans de santé publique et les indicateurs de résultats.

Axe I : Améliorer l’efficacité de la prise en charge des patients

Mesure I.1  Améliorer les règles de prise en charge par les antibiotiques (4 actions)

Action 1 : Rationnaliser les protocoles et les référentiels de prescriptions des antibiotiques

Recenser, regrouper, actualiser ou élaborer des recommandations validées scientifiquement par spécialité médicale. Ces recommandations seront réunies dans des protocoles et des référentiels nationaux

Action 2 : Améliorer l’application  des référentiels et protocoles de prescription des antibiotiques

Mettre à disposition des prescripteurs des outils informatiques portant sur la connaissance, l’actualisation des recommandations et l’aide à la prescription des antibiotiques. http://antibioclic.com/

Améliorer et faire connaître le dossier internet consacré aux antibiotiques accessible à partir du site du ministère chargé de la santé. Recenser et promouvoir les logiciels d’aide à la prescription actualisés régulièrement et répondant aux critères de bonne utilisation des antibiotiques.

Action 3 : Développer les tests rapides d’orientation diagnostique (TOD) sur les agents microbiens et généraliser leur utilisation

Mettre en place un dispositif similaire au TOD angine pour les bandelettes urinaires. Encourager le développement de TOD à de nouvelles pathologies.

Action 4 : Organiser le conseil auprès des prescripteurs

Contexte : Circulaire n°2002-272 du 2 mai 2002 : développement du conseil auprès des professionnels de santé par la création des référents antibiotiques dans les établissements de santé et des centres de conseils en antibiothérapie.

L’action vise à élaborer un cahier des charges national définissant les missions et fonctions de ces centres conseils, à  renforcer les actions en réseau des référents en antibiothérapie, et à articuler en réseau les actions des centres conseils avec celles des référents des établissements de santé.

Mesure I.2 Informer et former les professionnels de santé

Action 5 : Mobiliser les professionnels de santé

Information sur les risques individuels et collectifs. Promouvoir les communications sur les actions engagées contre l’antibio-résistances, les anti-infectieux, les soins ou la microbiologie.

Action 6 : Adapter la formation initiale des professionnels de santé

Pour les prescripteurs :  études de cas cliniques illustrant les résistances aux antibiotiques

Pour  les autres professionnels de santé, création d’un module de formation spécifique sur  la juste utilisation des antibiotiques

Action 7 : Développer la formation continue et l’évaluation des pratiques professionnelles concernant la prescription d’antibiotiques

Action 8 : Développer l’auto- évaluation des prescriptions d’antibiotiques

Mesure I.3 sensibiliser la population aux enjeux d’une bonne prise en charge

Action 9 : Informer et sensibiliser le grand public

Action 10 : Informer et sensibiliser des groupes de population  particuliers

Les patients, les personnes s’occupant de jeunes enfants, les enfants en âge scolaire,  les personnes âgées. (dont le suivi  d’apparition des complications de l’antibiothérapie chez les personnes âgées : diarrhée à Clostridium difficile)

Axe II Préserver l’efficacité des antibiotiques existants

Mersure II.1 Renforcer la surveillance des consommations et des résistances

Identifier les couples bactérie/antibiotique à surveiller en priorité et de disposer d’informations actualisées dans des délais plus courts pour infléchir les actions conduites.

Action 11 : Surveiller la consommation d’antibiotiques

Mise à disposition de 2 outils sur le site du ministère  pour mettre en place le calcul des consommations. Recueil des consommations d’antibiotiques des établissements de santé, en ville. Mise à disposition des données de la France aux instances européennes.

Action 12 : Surveiller la résistance aux antibiotiques

Poursuite du recueil, de l’analyse et de l’exploitation des données de résistance bactérienne.

Croiser les informations sur les résistances bactériennes et sur les consommations d’antibiotiques. Identifier des couples bactéries/antibiotiques.

Publications de rapports de ces données et y associer les données de médecine vétérinaire

Mesure II.2 Réduire la pression de sélection des agents antimicrobiens et prévenir la diffusion des bactéries multi-résistantes.

Action 13 : Réduire la pression de sélection globale

Actions combinées des actions du plan dans le but d’une plus juste  utilisation d’antibiotiques permettant une diminution  de la consommation d’antibiotique et donc à une baisse de la  pression de sélection globale.

Action 14 : Réduire la pression sélective des classes d’antibiotiques les plus génératrices de résistances

Identifier et lister les classes d’antibiotiques génératrices de résistances puis effectuer un suivi spécifique des consommations et résistances associées. Sensibiliser les prescripteurs pour limiter l’utilisation de ces antibiotiques par des informations régulières.

Action 15 : Contrôler la diffusion des résistances

Mettre en place une politique spécifique concernant les bactéries émergentes. Veiller à ce que les  mesures de contrôle des bactéries endémiques soient efficacement appliquées.

Mettre à disposition des professionnels une expertise en microbiologie réactive (CNR Résistance aux antibiotiques et laboratoires experts) Consolider le signalement des infections nosocomiales en interne et aux structures nationales. Contrôle par les ARS de l’application des recommandations de contrôle des épisodes épidémiques.

Action 16 : Réduire la pression de sélection issue du domaine vétérinaire et prendre en compte les aspects environnementaux

Création par le ministère de l’agriculture et de la santé d’un comité national pour un usage raisonné des antibiotiques en médecine vétérinaire. La DGS participe à la gouvernance de ce comité dans le but de : faire le lien avec le plan antibiotiques humain, promouvoir les actions de diminution des pressions de sélection en  médecine vétérinaire avec objectif quantifié de consommation d’antibiotique (-25% sur la durée du plan).

Etablir  des tableaux de bords de consommation d’antibiotiques et de résistance par filière animale. Evaluer les bénéfices/risques d’une limitation des antibiotiques utilisés aussi en médecine humaine. Informer les professionnels des risques de l’antibiothérapie animale sur la santé humaine. Engager une réflexion et poursuivre les actions en cours  sur les rejets environnementaux d’antibiotiques et de bactéries résistantes.

Mesure II.3 Encadrer la dispensation des antibiotiques

Action 17 : Généraliser la prescription nominative et inscrire certains antibiotiques sur la liste des médicaments à dispensation contrôlée dans les établissements de santé.

Généraliser la prescription nominative des antibiotiques. Etablir un socle minimal à dispensation contrôlé. Demander à chaque établissements de santé d’établir sa propre liste d’antibiotiques à dispensation contrôlée en fonction du contexte de l’établissement (inclus la liste minimale national) Généraliser la réévaluation de l’antibiothérapie à 48-72h pour tous les antibiotiques.

Action 18 : Mettre en place des conditions d’utilisation spécifiques en ville

Etablir et mettre à jour la liste des antibiotiques de dernier recours. Utilisation de logiciel d’aide à la prescription pour limiter la consommation d’antibiotiques. Possibilité d’un statut spécifique des antibiotiques pour donner plus de force à leur protection.

Axe stratégique III : Promouvoir la recherche

Mesure III.1 définir les priorités en matière de recherche

Action 19 : Promouvoir la recherche fondamentale

Améliorer la compréhension des mécanismes d’action contre les bactéries, de genèse, de diffusion et de contrôle des résistances bactériennes. Identifier des pistes alternatives à l’antibiothérapie.

Action 20 : Encourager la recherche appliquée

Encourager la recherche sur les antibiotiques, sur les tests de diagnostic des résistances bactériennes. Evaluer l’impact des consommations sur l’écologie microbienne. Evaluer l’efficacité des mesures recommandées.

Action 21 : Développer la recherche socio-médico-économique

Améliorer la connaissance sur les déterminants aboutissants à une forte consommation d’antibiotiques en ville. Evaluer les conséquences de la résistance aux antibiotiques, les surcoûts induits, les effets des stratégies de prévention et de prise en charge des infections à bactéries résistantes. Améliorer la connaissance  de la qualité de prise en charge thérapeutique en ville et en établissement de santé.

 Source: ministère de la santé http://www.sante.gouv.fr/plan-national-d-alerte-sur-les-antibiotiques-2011-2016.html

LH

 Source forum:   http://biohygieniste.leforum.eu/t383-Plan-national-d-alerte-sur-les-antibiotiques-2011-2016.htm#p946

« Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts »

Après l’efficacité de la campagne: « Les antibiotiques, c’est pas automatique » diffusée depuis 2001, l’assurance maladie a lancé au mois de mai dernier sa nouvelle campagne  « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts ». Conformément au planning de diffusion cette campagne est renforcée depuis octobre et est devenue bien visible sur l’ensemble des médias.

Notons que la campagne de 2001 avait permis entre les deux hivers qui ont précédé le lancement de la campagne et les cinq qui ont suivi, les prescriptions d’antibiotiques ont chuté de 26,5 %. Au delà de l’objectif de 25 % que s’étaient fixé les autorités sanitaires et l’Assurance maladie. La plus importante décrue des prescriptions a été observée chez les enfants de 6 à 15 ans (-35,8 %). Informations de l’étude « Significant Reduction of Antibiotic Use in the Community after a Nationwide Campaign in France, 2002–2007 » relayée par sciences.blog.lemonde.fr dans son article  » Les antibiotiques, c’est pas automatique », une campagne efficace  » du 02 juin 2009.

Cette nouvelle campagne est une prise de risque et a pour but de resensibiliser la population sur la prise raisonnée des antibiotiques.

« Frédéric van Roekeghem, le directeur général de la CNAMTS, regrette le « relâchement » après les campagnes d’information de la population » explique le lepoint.fr .

La consommation française en antibiotiques est  à la baisse depuis 10 ans, mais en légère augmentation depuis 2005 précise le rapport de l’AFSSAPS Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France (21/06/2011) .

TJP

Sources scientifiques:

http://www.plosmedicine.org/article/info:doi/10.1371/journal.pmed.1000084

http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Communiques-Points-presse/Consommation-des-antibiotiques-en-France-bilan-de-dix-ans-d-evolution-Communique

Sources presse:

http://sciences.blog.lemonde.fr/2009/06/02/les-antibiotiques-cest-pas-automatique-une-campagne-efficace/

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/anne-jeanblanc/les-antibiotiques-si-on-les-utilise-a-tort-ils-deviendront-moins-forts-20-05-2010-457512_57.php

La résistance aux antibiotiques depuis 30 000 ans

L’utilisation intense des antibiotiques par l’être humain ne serait qu’un simple révélateur d’une résistance non pas récente mais latente et fluctuante au fils des âges.

Des chercheurs franco-canadiens issus notamment de l’unité « Eco-Anthropologie et ethnobiologie » du CNRS et l’université McMaster ont démontré, grâce aux paléo-bactéries, que l’apparition des résistances aux antibiotiques date de bien avant l’utilisation clinique des antibiotiques.

Cela ne remet pas du tout en cause la montée puissante et progressive de l’antibio-résistance récente dû à la sur-consommation des antibiotiques. C’est en effet la sélection des souches résistantes qui renforce le phénomène de la montée de l’antibio-résistance.

« Pour déterminer si des facteurs de résistance étaient déjà là il y a des milliers d’années, VM D’Costa et coll. sont allés les rechercher dans le pergélisol (sous-sol gelé) du Pléistocène tardif. » explique Dr Jack Breuil du Journal International de Médecine (JIM). le Pléistocène débute il y a 2,588 million d’années et se termine il y a 11 430 ans. Afin d’être sûr d’avoir à faire à des bactéries de la période, les chercheurs se sont basés sur la présence, dans les prélèvements, d’ADN de mammouths, chevaux, bisons, Lagopus et même végétaux locaux, récupérés sur le territoire du Yukon, à l’Est de l’Alaska, témoins de la vie locale à cette période inter glaciale, il y a au moins 30 000 ans.

Après étude, les chercheurs ont découvert des séquences génétiques codant pour des résistances à plusieurs familles d’antibiotiques. Dr Jack Breuil (JIM) explique: « Les déterminants détectés incluaient la protéine Tet M (protéine de protection ribosomale conférant la résistance aux cyclines), des éléments de dipeptide hydrolase VanX D-Ala-D- Ala de résistance à la vancomycine, une b-lactamase Bla du groupe TEM ou une ribosome méthyltransferase Erm intervenant dans la résistance aux streptogramines B. »

TJP

Sources:

Antibiotic resistance is ancient NATURE

Des résistances aux antibiotiques… il y a 30 000 ans JIM 19/09/2011

La tenue hospitalière vecteur potentiel d’agents infectieux multi-résistants

65% des tenues appartenant aux infirmières et 60% appartenant aux médecins étaient porteurs d’agents pathogènes annonce une étude publiée dans le journal « American Journal of Infection » dans son numéro de septembre 2011.

L’étude s’est orientée sur le prélèvement par méthode « contact », grâce à des géloses au sang standards, sur trois zones de la tenue (au niveau du ventre, des manches et des poches) et sur le remplissage d’un questionnaire par les membres du personnel participant.

Au total 238 tenues ont été collectées concernant 135 membres du personnel incluant 75 infirmières (55%) et 60 médecins (45%). 58% du personnel annonce changer leur tenue tous les jours et 77% pensent que le niveau d’hygiène de leur tenue est excellente.

Sur 50% des tenues testées (soit celles appartenant à 63% du personnel testé), des bactéries potentiellement pathogènes ont été isolées sur au moins un site. 14% des échantillons concernant les infirmières et 6% concernant les médecins comportait des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques.

TJP

Source: Wiener-Well Y, Galuty M, Rudensky B, Schlesinger Y, Attias D, Yinnon AM. « Nursing and physician attire as possible source of nosocomial infections » Am J Infect Control, 2011 Septembre;39(7):555-9. http://www.ajicjournal.org/article/S0196-6553%2811%2900117-9/abstract