Le Cuivre solution écologique et économique de lutte contre les infections nosocomiales ?


Le centre hospitalier de Rambouillet dans les Yvelines teste actuellement pendant une période d’un an l’efficacité du cuivre dans la lutte contre les infections nosocomiales. La stratégie est simple éliminer tout d’abord le risque d’infections manuportées qui représentent 70 à 90% des infections nosocomiales. Ainsi du cuivre a été mis en place sur les poignées de portes, le portes battantes, les interrupteurs, les tablettes de lit, les robinets labellisés Antimicrobial Copper … Le cuivre est capable de tuer 90 à 100% des bactéries, virus ou champignons déposés sur une surface cuivré. Le cuivre oxydé (vert de gris) et encore plus efficace que le cuivre à l’état brute.

Rien ne sert d’astiquer et d’entretenir ce cuivre pour le rendre brillant… plus l’aspect du cuivre est gris plus sa surface est microbicide.

« Tout couvrir de cuivre ne servirait à rien. Nous avons ciblé, avec les équipes des services concernés, les objets les plus fréquemment touchés » explique Dr Patrick Pina praticien hygiéniste à Rambouillet dans un article du quotidien METRO du 25 novembre 2011.

Le Député Hervé FERON a interrogé dans l’hémicycle, le 28 juin 2011, au cours de la séance publique des questions orales sans débat, la Secrétaire d’Etat en charge de la Santé, Nora BERRA sur le sujet d’une généralisation du cuivre à l’hôpital afin de de lutter contre les infections nosocomiales. 1

Le 4 avril dernier, l’Institut européen du cuivre (ECI) et l’Université de Southampton ont présenté une expérience en direct sur Internet, montrant l’efficacité naturelle du cuivre contre des germes tels que le staphylocoque doré, en comparaison avec l’inox. « Dans des espaces intérieurs et à une température ambiante de 22°C, une surface en cuivre détruit 99,9 % des staphylocoques dorés résistants à la méticilline qui se trouvent à son contact, tandis que l’inox n’a aucune incidence « , expliquait Dr William Keevil, chercheur en microbiologie et directeur de l’Unité de santé environnementale à l’université de Southampton. 2

Mais qu’en est il du coût financier ?

Hervé Féron député PS de Meurthe-et-Moselle interrogé par le quotidien METRO (25/11/2011) estime que le coût d’un équipement équivalent à celui réalisé à Rambouillet serait inférieur au coût total des infections nosocomiales manuportées limitées. L’investissement à l’hôpital de Rambouillet aurait été de 1500 € auxquels s’ajoutent 10 000€ de frais d’installation. Le Cigma de Laval, premier établissement en France à expérimenter le cuivre, a déboursé 35.000 €. 3

Au mois de juillet, les premiers résultats d’une étude américaine ont été présentés à la première Conférence Internationale sur la Prévention et le Contrôle des Infections (ICPIC) de Genève. Il a été affirmé que le cuivre permettrait de réduire in situ de 40% le nombre d’infections nosocomiales. Un rapport du Sénat sur les politiques de santé publique, estimait en 2006 entre 730 millions et 1,8 milliard d’euros le surcoût lié aux infections nosocomiales par an. On voit bien l’économie réelle annuelle qui pourrait se concrétiser si la baisse de 40% des infections nosocomiales se confirmait avec l’utilisation du cuivre dans nos hôpitaux.

TJP

Sources scientifiques récentes:

– “Role of copper in reducing hospital environment Contamination”. A.L. Casey, D. Adams, T.J. Karpanen, P.A. Lambert, B.D. Cookson, P. Nightingale, L. Miruszenko, R. Shillam, P. Christian and T.S.J. Elliott. Journal of Hospital Infection (2010); 74 (1): 72-77.

– “Inactivation of Influenza A Virus on Copper versus Stainless Steel Surfaces”. J.O. Noyce, H. Michels and C.W. Keevil. Applied and Environmental microbiology (2007); 73 (8): 2748–2750.

– “Potential use of copper surfaces to reduce survival of epidemic methicillin-resistant Staphylococcus aureus in the healthcare environment”. J.O. Noyce, H. Michels, C.W. Keevil. Journal of Hospital Infection (2006); 63: 289.

Autres sources:

1: Vidéo:  Hervé FERON interroge la Secrétaire d’Etat en charge de la Santé – le cuivre, antimicrobien dans la lutte contre les infections nosocomiales – 28 juin 2011

2: Institut européen du cuivre (ECI) et l’Université de Southampton “Antibiotic-Resistant Germs Eliminated by Copper in Live Global Broadcast”, http://www.antimicrobialtouchsurface.com/

3Assemblée Nationale, 13e legislature, Question N° : 1538 de M. Hervé Féron

Publicités

Publié le 25 novembre 2011, dans Bionettoyage, Développement Durable, manuportage. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :