L’Europe fait face aux épidémies imprévisibles


« Bruxelles, le 9 août 2011 –  La Commission européenne a décidé de consacrer 12 millions d’euros supplémentaires provenant du programme-cadre de recherche de l’UE au renforcement de la capacité de l’Europe à combattre des agents pathogènes comme la virulente bactérie Escherichia coli (E.coli), qui a récemment intoxiqué près de 4 000 personnes en Europe et en a tué 46. » annonce la commission européenne hier.

Mme Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, de l’innovation et de la science, a déclaré: «Notre politique vise à concentrer les fonds de la recherche et de l’innovation de l’UE sur les enjeux les plus importants pour les Européens, et la santé figure évidemment en haut de la liste. Je suis donc très satisfaite que nous ayons pu allouer ces fonds supplémentaires à une nouvelle consolidation de la capacité européenne à détecter les épidémies et à y faire face».

Ainsi dès cet automne l’Europe mettra en route deux projets « ANTIGONE » et « PREDEMICS ».

Antigone (ANTIcipating the Global Onset of Novel Epidemics) aura pour objectif de parvenir à mieux connaitre la souche d’ECEH qui a infecté près de 4.000 personnes en Europe et causé 46 décès, dont 45 en Allemagne. Le budget réservé à Antigone sera de 2,1 millions d’euros avec lequel les chercheurs devront développer des méthodes de diagnostic rapide mais aussi de prévention pour faire face à ces nouvelles bactéries et autres agents pathogènes virulents qui pourraient menacer la santé humaine. Antigone devrait compter 14 partenaires provenant de 7 pays et rassembler des experts spécialisés dans un large éventail de virus et de bactéries.
Predemics (Preparedness, Prediction and Prevention of Emerging Zoonotic Viruses with Pandemic Potential using Multidisciplinary Approaches), un autre projet qui a déjà bénéficié d’un financement, avancera en collaboration avec Antigone. Ce projet se concentre sur 4 familles de virus qui peuvent être à l’origine d’une épidémie en Europe: l’influenza, l’hépatite E, la rage et les maladies causées par les lyssavirus (apparentés à la rage) ainsi que les infections dues au virus de l’encéphalite japonaise ou au virus du Nil occidental.

Le projet prévoira une «clause de flexibilité» qui permet une réaction rapide à toute menace d’épidémie future imprévue sans que la Commission ne doive publier un nouvel appel à propositions.

« L’ensemble des activités de recherche sur les nouvelles épidémies bénéficie d’un budget de plus de 170 millions d’euros dans le cadre du 7e PC (2007-2013), et comprend des travaux pour améliorer la capacité à détecter de nouveaux virus inconnus (projet EMPERIE), pour élaborer des médicaments contre les virus (projet SILVER ) et pour limiter la transmission de plusieurs nouvelles maladies à vecteur (projet EDENext), comme la fièvre du Nil occidental ou la dengue, le chikungunya, etc. » indique la commission.

Sources:

Commission européenne – Communiqué de presse 09/08/2011

L’UE investit plus de 170 millions dans la lutte contre les VIRUS INCONNUS – Commission européenne blog.santelog.com

Publicités

Publié le 10 août 2011, dans Actualités legislatives / normalisations, Actualités Scientifiques, Epidémies. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :