Légionellose: L’INVS alerte sur la recrudescence de 28% en 2010


L’Institut de veille sanitaire alerte sur la recrudescence de la légionnellose, en 2010,en effet le nombre de cas est passé de 1206 cas en 2009 à 1540 cas pour 2010.

Cette augmentation d’environ 28% marque un coup dur pour le plan national de prévention de la légionellose qui a vu une baisse constante du nombre de cas depuis 2005.

L’INVS avait démarrer en décembre 2010 une enquête intitulée « EVALUATION QUANTITATIVE DU SYSTEME DE SURVEILLANCE DES LEGIONELLOSES EN FRANCE » dont le rapport final est attendu pour novembre 2011.

« L’augmentation a été plus importante pendant les mois d’août et septembre et dans les régions Est de la France. L’âge médian des cas était de 62 ans, le sexe-ratio homme/femme de 3,2 et la létalité de 11,7 %. La majorité des cas a été diagnostiquée par un test de détection urinaire et une souche a été isolée chez 282 cas (18 %). Une exposition à risque était rapportée pour 34 % d’entre eux. Aucune épidémie (plus de 10 cas) n’a été identifiée en 2010. Ce bilan des cas de légionellose de 2010 montre que la tendance à la baisse observée ces dernières années s’est inversée. Des études complémentaires sont en cours pour documenter cette augmentation. Les investigations rapides et systématiques ont probablement limité le nombre de cas groupés mais n’ont cependant pas permis d’identifier les sources de contamination de ces épisodes. Il est donc important de maintenir la sensibilisation de l’ensemble des partenaires afin de documenter les caractéristiques des sources de contamination et améliorer ainsi le contrôle de cette maladie par la mise en oeuvre rapide des mesures de contrôle et de prévention. » précise l’INVS dans le BEH n°29-30.

On notera que la mortalité n’a pas changé depuis 2002.

L’étau se ressert donc autour de la stratégie de contrôle des installations à risques et autour des moyens de prévention de la légionellose.

Concernant la capacité des laboratoires à réaliser la technique de recherche des légionelles dans les réseaux d’eau chaude sanitaire, le doute ne sera plus permis à partir de janvier 2012 la législation s’étant durcit avec l’arrêté du 1er février 2010. Les techniques de dénombrement des légionelloses sont elles aussi regardées de prêt par l’ANSES qui a proposé dors et déjà des études pour faire progresser les connaissances en vue de futures optimisations des méthodes de dénombrement comme nous l’avons repris dans notre article:  l’Anses passe en revue les méthodes de dénombrement des légionelles dans l’eau (fbhleblog 19 juillet 2011)

sources scientifiques et législatives:

http://www.invs.sante.fr/surveillance/legionellose/

http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Derniers-numeros-et-archives/Archives/2011/BEH-n-29-30-2011

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F1848CA8AA012B16EDAFA8C45D6CF0CB.tpdjo10v_2?cidTexte=JORFTEXT000021795143&dateTexte=20110720

Publicités

Publié le 20 juillet 2011, dans Actualités Scientifiques, Infections pulmonaires, Légionelles. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :