l’Anses fait un point sur les infections à E. Coli O104:H4 et la consommation de graines germées


Hier l’Anses a publié sur son site un avis concernant l’état des lieux des connaissances et émet des recommandations pour la poursuite des études à mener sur les cas d’infections à E. Coli O104:H4 responsable de syndromes entero-hémorragiques .

Une source commune entre les cas d’Allemagne et les cas recensés à Bordeaux est suspectée, au vu des souches identiques retrouvées. Une enquête de traçabilité, coordonnée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a mis en évidence un lien avec la consommation de graines importées d’Égypte

« l’Agence a mis en place un groupe de travail réunissant des experts issus de ses laboratoires ainsi que du laboratoire national de référence (Vet-AgroSup, Lyon), du centre national de référence (Institut Pasteur, Paris) et de son laboratoire associé (CHU Robert Debré, Paris), de l’institut de veille sanitaire (InVS), de l’INRA (Avignon et Angers) et du Geves (Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences) ainsi que de l’unité INSERM1043 de l’Ecole vétérinaire de Toulouse.  »

Pour le moment, la bactérie mise en évidence chez les malades (Escherichia coli O104:H4) n’a pu être détectée dans les graines elles-mêmes. Mais l’on sait qu’une très faible quantité de cette bactérie peut suffire à déclencher l’infection.

 » l’absence de détection de la bactérie pathogène dans les échantillons analysés ne signifie pas pour autant la non-contamination des lots de graines.
L’Anses recommande donc de poursuivre la recherche de la bactérie dans les graines en mettant en œuvre différents protocoles de détection identifiés au travers des expériences des différents laboratoires impliqués, en France et en Europe, et de rassembler au niveau européen suffisamment de lots de graines potentiellement contaminés pour permettre la poursuite de ces tests.  »

L’ANSES insiste sur la nécessité d’évaluer l’impact des procédés de germination mis en œuvre, d’évaluer l’efficacité des mesures de nettoyage et désinfection appliquées sur les surfaces et sur les matières premières et de développer les méthodes de détection de STEC pathogènes présentes dans les graines.

l’Anses rappelle les recommandations émises par l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et les autorités françaises, à savoir de ne pas consommer de graines germées crues.

Sources:

https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=0ByQsl_N-efBrOGUzZDRiNjktNTY0NS00YWMzLWIxZDktYTZhNzE5MmI5ZTlm&hl=en_US

EFSA Communiqué de presse 5 juillet 2011

Publicités

Publié le 13 juillet 2011, dans Actualités Scientifiques, Toxi-infections alimentaires. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :